26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > James Cameron lègue son bathyscaphe à la science

James Cameron lègue son bathyscaphe à la science

Dernière mise à jour le jeudi 28 mars 2013

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 27
Mars 2013
Visualiser l’article original


Un an jour pour jour après la plongée record qui lui a permis de descendre à 10.908 m de profondeur dans la fosse des Mariannes, dans le Pacifique, James Cameron a annoncé qu’il léguait son sous-marin à l’institut océanographique Woods Hole (États-Unis) pour aider la recherche. Le petit engin vert, Deepsea Challenger, avait demandé sept ans de mise au point dans le plus grand secret pour permettre à Cameron de rééditer l’exploit de l’Américain Don Walsh et du Suisse Jacques Piccard, qui avaient été les premiers à atteindre en 1960 le point le plus profond des océans.

La plongée, ainsi que les images tournées au fond de l’océan par Cameron pour le National Geographic, ont démontré l’intérêt d’un engin habité pour ce type d’exploration, a expliqué l’Institut Woods Hole dans un communiqué. Contrairement aux bathyscaphes traditionnels, l’engin de Cameron avait été conçu comme une torpille verticale de 7 mètres de hauteur, d’un encombrement réduit qui lui permet de descendre rapidement dans les abysses. L’unique occupant est en revanche coincé dans une petite sphère en acier d’un peu plus d’un mètre de diamètre, dont les parois de 64 mm permettent de résister à la pression colossale d’une colonne d’eau de presque 11 km.

Les innovations du Deepsea Challenger sont nombreuses et concernent à la fois les moyens de flottaison, le stockage de l’énergie ainsi que l’éclairage et les caméras. Le partenariat de recherche signé par Cameron avec l’institut Woods Hole vise à faire progresser la recherche océanographique des grandes profondeurs.
Cameron aimerait replonger « un jour »

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP