22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre
Accueil > Actualités de la mer > Keroman Technologies. Le plein de projets

Keroman Technologies. Le plein de projets

Dernière mise à jour le vendredi 28 mars 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 26 mars 2014
Visualiser l’article original



CDK et sa filiale lorientaise Keroman Technologies, spécialiste de la construction de bateaux en matériaux composites, ont le vent en poupe. Avec un carnet de commandes plein jusqu’à mi-2015, l’entreprise devrait voir ses effectifs tripler d’ici l’été prochain et évoque la possibilité d’une extension à Lorient.
L’hiver aura été des plus prolifiques pour CDK, le chantier de Port-La-Forêt, et sa filiale lorientaise Keroman Technologies. Coup sur coup, l’entreprise a décroché les contrats du nouveau « Macif », un trimaran de 100 pieds conçu pour les records, et de deux monocoques 60 pieds, destinés au prochain Vendée Globe : « Banque populaire », d’Armel Le Cléac’h, et « Safran », de Morgan Lagavière. « On est constructeur et maître d’oeuvre », explique Philippe Facque, directeur général. « On est obligé de sous-traiter une partie du chantier : pour "Macif", qui sera livré au printemps 2015, la coque centrale sera confiée à Multiplast à Vannes. Les flotteurs et les bras seront réalisés à Port-La-Forêt et l’assemblage à Lorient. Pour les deux monocoques, l’outillage de la coque centrale sera confié à Sam Marsaudon, à Lorient. Un voilier sera assemblé à Port-La-Forêt, l’autre à Lorient. Le premier sera livré pour la fin d’année, le second deux mois plus tard ».

Lorient : de sept à plus de 20 salariés

Ces deux beaux contrats ont nécessité une « meilleure structuration » de l’entreprise, qui devrait voir son chiffre d’affaires passer de 3 à 6 millions d’euros cette année. « On a déjà embauché un directeur général adjoint et un responsable de production, ainsi que cinq personnes en production. Au total, on devrait encore embaucher une vingtaine de personnes en production, dont un bon quart en CDI », calcule Philippe Facque. A Lorient, les effectifs - aujourd’hui de sept salariés en CDI - devraient passer à 20, voire 25 personnes pour cet été, où est attendu le pic de production pour quarante personnes à Port-La-Forêt. « On travaille de façon assez souple entre les deux sites : des salariés peuvent passer de l’un à l’autre en fonction des besoins. Ce n’est pas idéal, mais c’est la seule solution pour faire face aux pics et creux de production inévitables dans le marché de la course au large ».

Un pied dans le marché des hydroliennes

Car si le carnet de commandes est aujourd’hui assuré jusqu’à mi-2015, l’entreprise a également connu « six mois de creux en 2012 et 2013 ». Pour éviter de subir les incertitudes du sponsoring, l’entreprise a entamé un effort de diversification dans la réalisation de pièces industrielles. Elle a notamment réalisé les hélices pour l’hydrolienne de Sabella, qui doit être testée dans le Fromveur, devant Ouessant, en fin d’année. « Si les essais sont concluants, derrière, on part sur une ferme d’hydroliennes. Et là, ça peut être un très beau marché pour nous ».

Projet d’extension à Keroman

Ces pièces seraient toutefois réalisées à Port-La-Forêt, car le site lorientais ne dispose de four. Du moins pas encore. « On a un projet d’extension du chantier, avec l’installation d’un four de 50 mètres de long », annonce Philippe Facque. Le permis est déposé, l’investissement s’élèverait à un peu plus d’un million d’euros.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP