13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > L’Afnor lance une norme expérimentale pour détecter les médicaments dans (...)

L’Afnor lance une norme expérimentale pour détecter les médicaments dans l’eau

Dernière mise à jour le mardi 23 avril 2013

Article paru
sur le site "Actu-environement" - 19 Avril 2013
Visualiser l’article original


L’association française de normalisation (Afnor) a présenté le 18 avril la première norme expérimentale, baptisée XP T 90-223, visant à "mieux détecter la présence de résidus de médicaments dans l’eau".

Cette norme veut répondre à "l’évaluation des nouveaux outils de mesure de la qualité de l’eau", et à "l’amélioration des connaissances sur l’exposition à long terme aux faibles doses de certains polluants", préconisées dans étude publiée fin mars par l’association France Liberté et 60 millions de consommateurs, a indiqué l’Afnor dans un communiqué. Cette étude révélait des traces de pesticides et de médicaments dans certaines eaux en bouteilles, sans toutefois remettre en cause la potabilité de l’eau.

La norme détermine une méthode générale de dosage de certains médicaments et métabolites contenus dans des échantillons d’eaux destinées à la consommation humaine, aux eaux souterraines et aux eaux de surface en utilisant une technique de chromatographie, précise l’Afnor. Elle est "un outil utilisable par tous, laboratoires, entreprises, institutionnels, acteurs de la santé, villes et collectivités, associations de consommateurs, ONG".

XP T 90-223 est dite "expérimentale" car elle est "mise à l’épreuve par les acteurs socio-économiques qui en évaluent la pertinence et l’applicabilité", prévient l’association. "Par ailleurs, cette démarche étroitement liée à l’application de la Directive Européenne Cadre sur l’Eau (DCE) pour la détermination et la maîtrise de la qualité des eaux en France, est amenée à évoluer selon les techniques analytiques et la liste des molécules ciblées, dont l’effet cocktail est difficile à maîtriser", explique l’Afnor. À l’issue d’une période qui ne peut excéder 3 ans, la commission de normalisation décidera de réviser la norme expérimentale, d’en prolonger une fois la période d’expérimentation, de l’homologuer (devenir une norme NF) ou de la supprimer, a indiqué l’association.

Cette norme a été élaborée par une centaine d’acteurs de l’eau sous l’égide d’Afnor, parmi lesquels figurent la Direction générale de la santé, l’Anses, l’Ineris, l’Onema mais aussi Eau de Paris, Suez Environnement, Veolia, Nestlé Water management, Sanofi, l’Ifremer et l’Université d’Angers.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP