22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > L’Assemblée vote l’interdiction de pesticides toxiques pour les (...)

L’Assemblée vote l’interdiction de pesticides toxiques pour les abeilles

Dernière mise à jour le jeudi 26 mars 2015

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 19 Mars 2015
Visualiser l’article original



L’Assemblée nationale a voté ce jeudi l’interdiction de produits phytosanitaires de la famille des néonicotinoïdes. Une décision visant à protéger les abeilles, dont la vulnérabilité à ces produits est scientifiquement démontrée depuis 2012.

Adoptée contre l’avis du gouvernement, l’interdiction de ces substances pesticides entrera en vigueur en janvier 2016. Portée par Gérard Bapt et Delphine Batho, cette mesure fait suite à celles prises en 2013 au niveau européen. Lesquelles avaient déjà restreint l’utilisation de trois substances actives de la famille des néonicotinoïdes. Insuffisant pour l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf) qui avait demandé, en juin dernier, un moratoire sur toute cette famille de produits neurotoxique désorientant les abeilles.

Les apiculteurs ont finalement obtenus gain de cause sur ce point, Gérard Bapt précisant que l’interdiction vise toute la famille des néonicotinoïdes. Cela afin d’éviter que l’industrie ne substitue des produits cousins après le retrait d’un produit précis, selon le député de Haute-Garonne. Cinq autres molécules présentant une toxicité aigüe pour les insectes restent néanmoins autorisées en France.

De son côté, la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal (PS) s’était prononcée contre l’interdiction au motif que « le cadre européen ne permet pas, selon elle, une interdiction stricte ». D’autant que l’exécutif planche déjà sur ces questions. Avis auquel s’est rangé la rapporteure Geneviève Gaillard (PS), défavorable à « une interdiction brute » de peur de « gêner les avancées du gouvernement ». A l’UMP, c’est l’ironie qui prime, à l’instar des déclarations d’Antoine Herth. Le député du Bas-Rhin oppose que les problèmes des apiculteurs sont « multifactoriels » et appuie sur le caractère négatif d’une telle interdiction pour les agriculteurs français.
Trois fois moins de miel qu’en 1995

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP