23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique

L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique

Dernière mise à jour le jeudi 23 novembre 2017

Article paru sur le site "Le Monde Planète :"
- 22 Novembrebre 2017
Visualiser l’article original


Pour les défenseurs de la vie marine, c’est un très mauvais signal que vient d’adresser la commission de la pêche du Parlement européen. Celle-ci, réunie mardi 21 novembre, s’est prononcée, par vingt-trois voix contre trois, en faveur d’un possible développement de la pêche électrique.

Cette pratique, décrit l’association Bloom qui milite pour la protection des écosystèmes marins, consiste à « envoyer des décharges dans le sédiment afin de capturer plus facilement les poissons plats qui y sont enfouis ». Autrement dit, à les traquer dans leur dernier refuge à coup d’impulsions électriques. A cette fin sont utilisés des chaluts à perche – des filets fixés à une armature rigide et lestés pour racler les fonds – dont les chaînes sont remplacées par des électrodes. La technique cible principalement la sole, ce qui conduit l’association Robin des Bois à la qualifier de « taser pour les soles ».

L’Union européenne a pourtant interdit en 1998 la pêche électrique, bannie également par les Etats-Unis, le Brésil ou la Chine. Mais, depuis 2007, des dérogations ont été accordées par la Commission de Bruxelles. Elles autorisent cette méthode de prélèvement, à titre expérimental, mais seulement à hauteur de 5 % des flottes de chalutiers à perche de chaque Etat membre, et uniquement en mer du Nord.

Or, dénonce Bloom, qui a porté plainte contre les Pays-Bas auprès de la Commission, « la flotte néerlandaise a équipé 28 % de ses chalutiers », soit 84 navires dotés de filets électriques sur une flotte de 304 bateaux. Quelques bâtiments allemands et britanniques utilisent eux aussi cette technique, à laquelle les pêcheurs français n’ont pas recours.

Les Pays-Bas, dont les entreprises de pêche industrielle sont très puissantes en Europe, ont été à la manœuvre pour faire évoluer la réglementation vers davantage de permissivité. Les dispositions adoptées par la commission spécialisée du Parlement européen autorisent un seuil de 5 % de pêche électrique pour tous les « métiers », c’est-à-dire tous les types de pêche, et non plus seulement pour les flottes de chaluts à perche des Etats membres. D’autres espèces que les soles pourraient donc potentiellement être ciblées. En outre, toute limitation est supprimée pour la mer du Nord. De surcroît, au bout de quatre ans, la limite de 5 % pourra être levée, si des études n’ont pas démontré un effet délétère pour les écosystèmes.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP