19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure
Accueil > Actualités de la mer > L’Homme déjà responsable de la déforestation il y a 3.000 ans

L’Homme déjà responsable de la déforestation il y a 3.000 ans

Dernière mise à jour le mardi 14 février 2012

Article paru sur le site "Futura Sciences" - Dimanche 12 Février 2012
Visualiser l’article original



L’Homme déjà responsable de la déforestation il y a 3.000 ans

Par Bruno Scala

L’Homme aurait participé à la déforestation en Afrique centrale il y a 3.000 ans afin de pratiquer l’agriculture. Les données sédimentaires montrent que le changement climatique n’aurait pas pu à lui seul transformer la forêt en savane.

Il y a 3.000 ans déjà, l’Homme pratiquait la déforestation. C’est ce que démontre une étude de chercheurs de l’Ifremer, publiée dans la revue Science. Selon eux, les Hommes auraient abattu des arbres de la forêt tropicale humide du centre de l’Afrique afin de pratiquer l’agriculture.

C’est en analysant les sédiments déposés au fond de l’embouchure du fleuve Congo que Germain Bayon et ses collègues en sont venus à cette hypothèse. Ils ont réalisé des carottages et les quantités d’argile, d’aluminium et de potassium ont été analysées.

Trop forte érosion pour les précipitations

L’argile est un très bon indicateur des précipitations car elle est fortement soumise au phénomène d’érosion. Quant à l’aluminium (Al) et au potassium (K), ils ont des mobilités bien différentes. En mesurant le ratio de ces deux éléments dans les carottes (Al/K), il est possible d’effectuer des interprétations concernant l’érosion. Plus le ratio est grand, plus l’érosion a été importante.

L’analyse des chercheurs a porté sur une période s’étalant d’il y a 20.000 ans à 3.000 ans. Jusqu’à 3.500 ans BP (avant le présent), le ratio Al/K correspondait aux estimations de précipitations sur la région. Mais après cette époque, il a clairement augmenté, indiquant que les précipitations n’étaient pas le seul facteur d’érosion. Un pic a d’ailleurs eu lieu il y a 2.500 ans.

Déforestation pour laisser place à l’agriculture

Or cette période correspond justement à la migration de peuples Bantous, de l’Afrique de l’Ouest (Cameroun et Nigeria) vers l’Afrique centrale. Les chercheurs suggèrent donc que ces Hommes ont pratiqué la déforestation, contribuant ainsi à la transformation de la forêt en savane, mise en évidence par la forte présence de pollen de graminées au sein des couches de l’époque. La mise à nu de la terre l’expose en effet davantage aux ruissellements et donc, à l’érosion.

Jusqu’à maintenant, pourtant, il était admis que le changement climatique était responsable de cette transformation qui avait été propice au développement de l’agriculture. Cependant, ces nouveaux résultats montrent que les événements se sont déroulés inversement, à savoir que l’agriculture a été responsable de la déforestation.

Toutefois elle n’est pas l’unique responsable et les chercheurs admettent qu’il est difficile de savoir dans quelle mesure cette transformation est imputable à l’Homme ou au changement climatique. Quoi qu’il en soit, déjà à cette époque, l’Homme pratiquait la déforestation, mais lui ignorait son impact sur le climat...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP