21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > L’Ifremer semble décidé à mettre plus de moyens

L’Ifremer semble décidé à mettre plus de moyens

Dernière mise à jour le mercredi 11 avril 2012

Article paru sur le site "Sud-Ouest" - Jeudi 05 Avril 2012
Visualiser l’article original



L’Ifremer semble décidé à mettre plus de moyens

Les maires des communes littorales du Bassin ont demandé à l’Ifremer plus de moyens pour rechercher les causes du manque de naissain. L’institut répond.

C’est au cours d’une séance du Syndicat intercommunal du bassin d’Arcachon (Siba), en février que la décision a été prise. Olivier Laban, le président du Comité régional conchylicole d’Arcachon Cap Ferret, avait été invité à parler de la filière face aux élus des dix communes du Bassin. « Pour nous, c’est la double peine », avait-il expliqué. En effet, des surmortalités d’huîtres juvéniles dues à un herpès-virus se conjuguent depuis trois ans à un dramatique et inexplicable manque de naissain.

« Le naissain n’est plus au rendez-vous chez nous alors qu’il l’est en Charente-Maritime, et même dans le lac d’Hossegor. » Et personne ne comprend pourquoi. Certes la chute brutale des températures a décimé les maigres cohortes de larves nées en juillet, mais pourquoi les huîtres arcachonnaises pondent-elles aussi peu ? Personne ne le sait. Aussi, le patron des ostréiculteurs avait dit aux élus de peser pour obtenir des moyens supplémentaires auprès d’Ifremer (L’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) afin de véritablement cerner les causes de ce manque de naissain.

Des réunions sont prévues
Michel Sammarcelli, maire divers droite de Lège-Cap-Ferret et président du Siba, avait donc écrit au PDG d’Ifremer en ce sens : « Or, si on ne peut que saluer le travail de cette équipe (celle des chercheurs de la station Ifremer d’Arcachon, NDLR), force est de constater qu’elle ne possède pas les moyens humains ni techniques susceptibles de répondre à cette préoccupation. Les communes sont prêtes à participer au financement des investigations complémentaires, mais c’est le savoir-faire de vos équipes qui est plébiscité à nouveau. En conséquence, je vous demanderais de bien vouloir nous faire savoir de quelle manière votre établissement pourrait s’investir dans cet énigmatique dossier, au-delà duquel la pérennité d’activités économiques ancestrales et des services connexes semble compromise. »

Après quelques semaines, Jean-Yves Perrot, le PDG d’Ifremer, a donc répondu à Michel Sammarcelli. Dans son courrier, il détaille tous les programmes de recherche nationaux en cours sur l’huître, salue le travail des chercheuses de la station arcachonnaise puis il ouvre une porte : « L’Ifremer est naturellement ouvert à tous moyens supplémentaires lui permettant d’amplifier sa capacité de recherche et donc d’expertise. Une possibilité serait l’encadrement de personnel scientifique mis à disposition sur un sujet à bâtir en concertation avec les parties prenantes, que ce soit pour l’exploration de nouvelles pistes ou la consolidation de pistes déjà suivies. »

Il conclut son propos ainsi : « La contribution à une conchyliculture durable est un axe fort de notre contrat-cadre quadriennal 2013-2017, en préparation. Nous restons donc à votre écoute pour la sauvegarde d’une filière emblématique de la Région Aquitaine et des communes du Bassin. »

Enfin, ce ne sont pas des mots puisque des réunions à ce sujet sont d’ores et déjà programmées.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP