21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"
Accueil > Actualités de la mer > L’Ifremer semble décidé à mettre plus de moyens

L’Ifremer semble décidé à mettre plus de moyens

Dernière mise à jour le mercredi 11 avril 2012

Article paru sur le site "Sud-Ouest" - Jeudi 05 Avril 2012
Visualiser l’article original



L’Ifremer semble décidé à mettre plus de moyens

Les maires des communes littorales du Bassin ont demandé à l’Ifremer plus de moyens pour rechercher les causes du manque de naissain. L’institut répond.

C’est au cours d’une séance du Syndicat intercommunal du bassin d’Arcachon (Siba), en février que la décision a été prise. Olivier Laban, le président du Comité régional conchylicole d’Arcachon Cap Ferret, avait été invité à parler de la filière face aux élus des dix communes du Bassin. « Pour nous, c’est la double peine », avait-il expliqué. En effet, des surmortalités d’huîtres juvéniles dues à un herpès-virus se conjuguent depuis trois ans à un dramatique et inexplicable manque de naissain.

« Le naissain n’est plus au rendez-vous chez nous alors qu’il l’est en Charente-Maritime, et même dans le lac d’Hossegor. » Et personne ne comprend pourquoi. Certes la chute brutale des températures a décimé les maigres cohortes de larves nées en juillet, mais pourquoi les huîtres arcachonnaises pondent-elles aussi peu ? Personne ne le sait. Aussi, le patron des ostréiculteurs avait dit aux élus de peser pour obtenir des moyens supplémentaires auprès d’Ifremer (L’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) afin de véritablement cerner les causes de ce manque de naissain.

Des réunions sont prévues
Michel Sammarcelli, maire divers droite de Lège-Cap-Ferret et président du Siba, avait donc écrit au PDG d’Ifremer en ce sens : « Or, si on ne peut que saluer le travail de cette équipe (celle des chercheurs de la station Ifremer d’Arcachon, NDLR), force est de constater qu’elle ne possède pas les moyens humains ni techniques susceptibles de répondre à cette préoccupation. Les communes sont prêtes à participer au financement des investigations complémentaires, mais c’est le savoir-faire de vos équipes qui est plébiscité à nouveau. En conséquence, je vous demanderais de bien vouloir nous faire savoir de quelle manière votre établissement pourrait s’investir dans cet énigmatique dossier, au-delà duquel la pérennité d’activités économiques ancestrales et des services connexes semble compromise. »

Après quelques semaines, Jean-Yves Perrot, le PDG d’Ifremer, a donc répondu à Michel Sammarcelli. Dans son courrier, il détaille tous les programmes de recherche nationaux en cours sur l’huître, salue le travail des chercheuses de la station arcachonnaise puis il ouvre une porte : « L’Ifremer est naturellement ouvert à tous moyens supplémentaires lui permettant d’amplifier sa capacité de recherche et donc d’expertise. Une possibilité serait l’encadrement de personnel scientifique mis à disposition sur un sujet à bâtir en concertation avec les parties prenantes, que ce soit pour l’exploration de nouvelles pistes ou la consolidation de pistes déjà suivies. »

Il conclut son propos ainsi : « La contribution à une conchyliculture durable est un axe fort de notre contrat-cadre quadriennal 2013-2017, en préparation. Nous restons donc à votre écoute pour la sauvegarde d’une filière emblématique de la Région Aquitaine et des communes du Bassin. »

Enfin, ce ne sont pas des mots puisque des réunions à ce sujet sont d’ores et déjà programmées.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP