11 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > L’Inra lance un vaste projet européen pour analyser et prédire l’évolution des (...)

L’Inra lance un vaste projet européen pour analyser et prédire l’évolution des écosystème

Dernière mise à jour le samedi 17 novembre 2012


Jusqu’à présent, la fragmentation des dispositifs Européens de recherche sur les écosystèmes ne permettait pas d’étudier, par une approche intégrée, leurs réponses aux changements globaux, en cours et à venir. ANAEE fournit à la communauté scientifique en écologie et en agronomie, un réseau d’infrastructures permettant la compréhension et la prédiction des impacts des changements climatiques, des modes de gestion des terres et de la biodiversité sur le fonctionnement et la dynamique des écosystèmes continentaux.

Une coordination Inra pour un projet d’excellence et d’envergure internationale
Coordonné par l’INRA et co-construit avec le CNRS, le projet européen ANAEE vise à améliorer les dispositifs existants et à construire de nouvelles infrastructures pour la recherche sur les écosystèmes. Il a pour objectif la mise en place, à l’échelle européenne, d’un ensemble coordonné de plateformes d’expérimentation et d’observation in situ ainsi qu’en milieu contrôlé (comme les Ecotrons du CNRS), qui seront associées à des plateformes d’analyse et de modélisation. Ces plateformes de haute technologie s’intègrent en France aux Systèmes d’Observation et d’Expérimentation au long terme pour la Recherche en Environnement (SOERE) et à l’infrastructure nationale en Biologie et Santé ‘ANAEE Services’ financée dans le cadre des Investissements d’Avenir.
Ce réseau de plateformes performantes et durables à l’échelle européenne permettra notamment :
- de prendre en compte une variété de conditions de sols et de climats ;
- d’expérimenter des modes de gestion contrastés (forêts, prairies, cultures alimentaires ou non), susceptibles d’engendrer diverses trajectoires d’évolution des écosystèmes ;
- d’enregistrer l’évolution sur le long terme des variables relatives à la végétation, au sol et à la biodiversité ;
- de mesurer les flux de matière et d’énergie, en particulier vers l’atmosphère et l’hydrosphère et de les relier aux changements globaux ;
- ou encore de modéliser le fonctionnement et la dynamique des écosystèmes selon les différents scénarios de changements globaux.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP