11 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > L’acidification des océans aura des conséquences préoccupantes sur les espèces (...)

L’acidification des océans aura des conséquences préoccupantes sur les espèces marines

Dernière mise à jour le mercredi 28 août 2013

Article paru
sur le site "Yahoo actualités" - 27 Août 2013
Visualiser l’article original


Selon une étude-bilan tout juste publiée, l’augmentation de l’acidité des océans à cause du CO2 aura des conséquences très fortes sur les écosystèmes marins du siècle prochain.

Le réchauffement climatique s’accompagne d’une acidification des océans qui risque de changer irrémédiablement les écosystèmes des océans d’ici 2100. Publiée dans la revue Nature Climate Change, une étude fait le bilan de tous les travaux concernant l’impact de l’acidification sur les espèces marines. Ils en déduisent que toutes les espèces et toutes les familles seront affectées à un degré plus ou moins fort.

CO2 et acidité

L’océan est un véritable puits à CO2. Plus du quart de nos rejets de dioxyde de carbone dans l’atmosphère sont captés par les océans de la planète. Mais ce processus naturel n’a pas que des avantages : une fois dissout dans l’eau, le CO2 devient de l’acide carbonique et contribue à l’augmentation de l’acidité des océans. Plus le taux de CO2 augmente dans l’atmosphère, plus les océans vont s’acidifier.

L’acidité est mesurée avec le pH (potentiel hydrogène). Une solution est neutre lorsque son pH est de 7, acide entre 0 et 7, et alcaline (ou basique) entre 7 et 14. En moyenne, le pH de l’océan est de 8.2, ce qui en fait un milieu légèrement basique. Ces 200 dernières années, l’océan est passé à un pH de 8.1, et les estimations pour 2100 sont de 7.7.

Si elles apparaissent faibles, ces valeurs traduisent pourtant une différence énorme, car l’échelle utilisée est logarithmique. Ce qui signifie qu’avec une baisse de 0.1, l’acidité des océans a déjà augmenté de 30%. D’ici 2100, les océans seront jusqu’à 150% plus acides, ce qui implique d’énormes bouleversements pour les écosystèmes marins.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP