16 décembre : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 15 décembre : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendue14 décembre : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de bar13 décembre : Huîtres. Sous haute surveillance 12 décembre : Pêche électrique. Intermarché vent debout11 décembre : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel 10 décembre : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marin9 décembre : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-Jacques8 décembre : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"7 décembre : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc 6 décembre : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest5 décembre : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »4 décembre : 4min Les pêcheurs de la Côte d’Opale en guerre contre la pêche électrique3 décembre : Rade de Brest. Où sont passés les pétoncles et les huîtres plates ?2 décembre : Spiruline : attention aux effets indésirables 30 novembre : Caraïbes. Des îles... de déchets 29 novembre : Cinq questions sur la pêche électrique, accusée d’appauvrir les pêcheurs français28 novembre : Tara : l’expédition se penche sur l’impact du guano de fientes d’oiseau sur le corail27 novembre : Recherche. Chut ! Les huîtres ont des oreilles26 novembre : Pays de Quimperlé : le député contre la pêche électrique 25 novembre : Non à la pêche électrique25 novembre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !
Accueil > Actualités de la mer > L’acidité de l’eau déboussole les poissons

L’acidité de l’eau déboussole les poissons

Dernière mise à jour le samedi 19 avril 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 17 avril 2014
Visualiser l’article original



À proximité des volcans, les eaux chargées en CO2 préfigurent l’état des océans à la fin du siècle.

Des poissons déboussolés qui se jettent dans la gueule de leur prédateur : c’est ce que des scientifiques ont constaté sur des récifs coralliens au large de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. La raison ? Des eaux ayant une acidité particulièrement élevée, du fait de la proximité de volcans et de fuites de dioxyde de carbone. Le CO2 a pour effet de faire baisser le pH de l’eau (plus le pH est bas, plus l’eau s’acidifie).

Normalement, le pH des océans se situe autour de 8,14. Dans cette zone volcanique, il tombe à une moyenne de 7,8, valeur attendue ailleurs en 2100. « Les poissons évitent en général l’odeur d’un prédateur, ce qui est logique », note le Pr Philip Munday, de l’université australienne James Cook, et principal auteur de ces travaux publiés dans la revue Nature Climate Change. Mais dans ces eaux acides « ils commencent à être attirés par cette odeur, ce qui est incroyable », ajoute-t-il.

« Le CO2 n’a pas d’effet sur la physiologie des poissons, qui peuvent vivre dans une eau dont le pH est faible, explique Jean-Pierre Gattuso, directeur de recherche au Laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer (CNRS/UPMC). En revanche, cela modifie leur comportement en interférant avec leur système sensoriel. » Les poissons se repèrent beaucoup à l’odorat : c’est ainsi qu’ils fuient les prédateurs en raison de l’odeur dégagée lorsqu’ils se sont attaqués à leurs congénères. C’est également par l’odorat qu’ils retrouvent leur habitat… « Le CO2 n’a aucune caractéristique olfactive mais il agit de telle façon que les poissons ne sont plus capables de détecter une odeur comme étant celle d’un prédateur », ajoute Jean-Pierre Gattuso. Ils seraient même attirés dans la gueule de leurs ennemis. Et, selon l’étude, les poissons carnivores seraient plus touchés que les herbivores.
Flux de poissons

Curieusement, il semble que les poissons n’ont jamais réussi à s’adapter à cet environnement volcanique qui chamboule leurs sens. Mais comment expliquer alors qu’un nombre toujours aussi important d’espèces continue d’évoluer dans ces récifs ? « Ces zones n’étant pas isolées, il y a un flux constant de poissons qui circulent », précise le scientifique. Par ailleurs, les travaux des chercheurs ne permettent pas de savoir quel est le temps nécessaire pour que le CO2 agisse sur les poissons.

L’impact du CO2 sur les poissons n’est pas une nouvelle découverte pour les chercheurs, qui avaient déjà mis en évidence le phénomène. Mais il s’agissait jusqu’alors de travaux de laboratoire dont on peut toujours craindre qu’ils présentent un biais méthodologique. L’intérêt de cette recherche est qu’elle les confirme grâce à une observation menée dans le milieu naturel. Les travaux menés près de l’île volcanique d’Ischia, en Italie, avaient déjà montré auparavant que des invertébrés qui vivent dans une coquille sont incapables de vivre dans ce type d’eau acide qui s’attaque au calcaire.

Cela ouvre la porte vers des perspectives peu réjouissantes. En moyenne, 26 % du CO2 émis dans l’atmosphère sont absorbés par les océans. Or la quantité de CO2 émise ne cesse de s’accroître. Le scénario retenu par la plupart des scientifiques conduit à une diminution du pH, d’ici la fin du siècle, de 0,3.

Si a priori ce chiffre semble faible, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une grandeur logarithmique, soit une acidité multipliée par deux. Et surtout, cela conduirait à ce que l’exception des zones volcaniques devienne la généralité. « Au moins maintenant pouvons-nous nous préparer à cette échéance possible

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP