16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi
Accueil > Actualités de la mer > L’algue verte fait son retour sur les côtes bretonnes

L’algue verte fait son retour sur les côtes bretonnes

Dernière mise à jour le vendredi 3 juillet 2015

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 02 Juillet 2015
Visualiser l’article original



Qui dit retour des beaux jours, dit retour des algues vertes.
A cette période de l’année, tous les éléments sont désormais réunis pour assurer une prolifération de ce cauchemar des vacanciers et des collectivités locales : de la lumière, le réchauffement de l’eau et l’apport d’éléments nutritifs par les cours d’eau qui ne sont pas encore à sec.
D’après les mesures effectuées par le Centre d’Etude et de Valorisation des Algues (Ceva), le volume des algues vertes est en hausse par rapport aux deux années précédentes, particulièrement basses.

Il n’est pas rare que des plages soient fermées à cause de cette pollution verte.
Et ce pour une bonne raison : cette plante aquatique représente un danger important pour l’homme.
« Quand l’algue verte est vivante, en bonne santé et que vous la cueillez sur un rocher, elle n’est pas dangereuse, elle est même comestible. En revanche elle devient très dangereuse quand elle meurt, et d’autant plus quand elle meurt en tas », raconte Alain Menesguen, océanographe biologiste et membre de l’Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer.
« Les algues se décomposent à l’abri de l’oxygène. Pendant leur putréfaction, un gaz est créé : le h2n. Ce gaz est très dangereux pour l’homme. Il bloque la respiration. Si on le respire pendant 10-15 minutes, on peut en mourir », ajoute-t-il.
En 2009, un cheval avait trouvé la mort en inhalant ce gaz, des chiens l’année précédente. « Un homme, il y a 20 ans, qui faisait un footing est probablement mort aussi à cause de cette algue mais nous n’avions pas fait le lien à l’époque », conclut le scientifique.

Des conditions climatiques favorables

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP