21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > L’anémone qui vivait le pied dans la glace

L’anémone qui vivait le pied dans la glace

Dernière mise à jour le lundi 27 janvier 2014

Article paru
sur le site "Libération" - 24 Janvier 2014
Visualiser l’article original



La petite « Edwardsiella andrillae » a un mode de vie bien différent de celui des autres anémones. Mais on en sait encore peu sur cette mystérieuse créature.

La science progresse parfois un peu par hasard, et il arrive que des chercheurs étudiant un sujet fassent une découverte dans un domaine n’ayant rien à voir, et qui n’est même pas le leur. C’est ainsi qu’entre 2010 et 2011, des géologues travaillant par robot interposé sous l’épaisse couche de glace – entre 250 et 260 mètres aux endroits étudiés – de la banquise de Ross, en Antarctique, ont découvert une nouvelle espèce d’anémone de mer, particulièrement inhabituelle.

Le mode de vie de l’anémone de mer l’attache pour la vie à un rocher, un récif, duquel elle se nourrit en piégeant ses proies grâce à ses tentacules. Or, Edwardsiella andrillae a ceci de particulier qu’elle ne se fixe pas à la roche mais à la glace, sous la banquise, vivant ainsi – façon de parler – la tête en bas. Selon les auteurs de l’étude, publiée dans la revue PLOS One et reprise sur le site du National Geographic, c’est la première fois qu’on observe une variété d’anémone s’accrochant sur la glace.

Reste qu’à ce stade, E. andrillae est encore mal connue. Les chercheurs n’étant pas au départ équipés pour des recherches en biologie, et n’ayant pu se procurer en Antarctique le matériel nécessaire à de plus amples analyses, notamment génétiques, ils ont dû se limiter à une description de l’animal et de son habitat. « L’habitat inédit d’Edwardsiella andrillae soulève des questions quant à la biologie, la physiologie et le déroulement de la vie de cet animal, et ces questions n’ont pu trouver de réponse étant donné le matériel à notre disposition. La méthode par laquelle ces animaux se fixent à la glace reste inconnue, tout comme les mécanismes physiologiques qui lui permettent de vivre sur la glace », écrivent les auteurs de l’étude, Marymegan Daly, biologiste de l’université

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP