18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > L’anémone qui vivait le pied dans la glace

L’anémone qui vivait le pied dans la glace

Dernière mise à jour le lundi 27 janvier 2014

Article paru
sur le site "Libération" - 24 Janvier 2014
Visualiser l’article original



La petite « Edwardsiella andrillae » a un mode de vie bien différent de celui des autres anémones. Mais on en sait encore peu sur cette mystérieuse créature.

La science progresse parfois un peu par hasard, et il arrive que des chercheurs étudiant un sujet fassent une découverte dans un domaine n’ayant rien à voir, et qui n’est même pas le leur. C’est ainsi qu’entre 2010 et 2011, des géologues travaillant par robot interposé sous l’épaisse couche de glace – entre 250 et 260 mètres aux endroits étudiés – de la banquise de Ross, en Antarctique, ont découvert une nouvelle espèce d’anémone de mer, particulièrement inhabituelle.

Le mode de vie de l’anémone de mer l’attache pour la vie à un rocher, un récif, duquel elle se nourrit en piégeant ses proies grâce à ses tentacules. Or, Edwardsiella andrillae a ceci de particulier qu’elle ne se fixe pas à la roche mais à la glace, sous la banquise, vivant ainsi – façon de parler – la tête en bas. Selon les auteurs de l’étude, publiée dans la revue PLOS One et reprise sur le site du National Geographic, c’est la première fois qu’on observe une variété d’anémone s’accrochant sur la glace.

Reste qu’à ce stade, E. andrillae est encore mal connue. Les chercheurs n’étant pas au départ équipés pour des recherches en biologie, et n’ayant pu se procurer en Antarctique le matériel nécessaire à de plus amples analyses, notamment génétiques, ils ont dû se limiter à une description de l’animal et de son habitat. « L’habitat inédit d’Edwardsiella andrillae soulève des questions quant à la biologie, la physiologie et le déroulement de la vie de cet animal, et ces questions n’ont pu trouver de réponse étant donné le matériel à notre disposition. La méthode par laquelle ces animaux se fixent à la glace reste inconnue, tout comme les mécanismes physiologiques qui lui permettent de vivre sur la glace », écrivent les auteurs de l’étude, Marymegan Daly, biologiste de l’université

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP