15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous
Accueil > Actualités de la mer > L’anémone qui vivait le pied dans la glace

L’anémone qui vivait le pied dans la glace

Dernière mise à jour le lundi 27 janvier 2014

Article paru
sur le site "Libération" - 24 Janvier 2014
Visualiser l’article original



La petite « Edwardsiella andrillae » a un mode de vie bien différent de celui des autres anémones. Mais on en sait encore peu sur cette mystérieuse créature.

La science progresse parfois un peu par hasard, et il arrive que des chercheurs étudiant un sujet fassent une découverte dans un domaine n’ayant rien à voir, et qui n’est même pas le leur. C’est ainsi qu’entre 2010 et 2011, des géologues travaillant par robot interposé sous l’épaisse couche de glace – entre 250 et 260 mètres aux endroits étudiés – de la banquise de Ross, en Antarctique, ont découvert une nouvelle espèce d’anémone de mer, particulièrement inhabituelle.

Le mode de vie de l’anémone de mer l’attache pour la vie à un rocher, un récif, duquel elle se nourrit en piégeant ses proies grâce à ses tentacules. Or, Edwardsiella andrillae a ceci de particulier qu’elle ne se fixe pas à la roche mais à la glace, sous la banquise, vivant ainsi – façon de parler – la tête en bas. Selon les auteurs de l’étude, publiée dans la revue PLOS One et reprise sur le site du National Geographic, c’est la première fois qu’on observe une variété d’anémone s’accrochant sur la glace.

Reste qu’à ce stade, E. andrillae est encore mal connue. Les chercheurs n’étant pas au départ équipés pour des recherches en biologie, et n’ayant pu se procurer en Antarctique le matériel nécessaire à de plus amples analyses, notamment génétiques, ils ont dû se limiter à une description de l’animal et de son habitat. « L’habitat inédit d’Edwardsiella andrillae soulève des questions quant à la biologie, la physiologie et le déroulement de la vie de cet animal, et ces questions n’ont pu trouver de réponse étant donné le matériel à notre disposition. La méthode par laquelle ces animaux se fixent à la glace reste inconnue, tout comme les mécanismes physiologiques qui lui permettent de vivre sur la glace », écrivent les auteurs de l’étude, Marymegan Daly, biologiste de l’université

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP