22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > L’ aquaculture, fausse solution à la surpêche

L’ aquaculture, fausse solution à la surpêche

Dernière mise à jour le mercredi 27 mars 2013

Article paru
sur le site "Consoglobe" - 26 Mars 2013
Visualiser l’article original


L’aquaculture représente environ 50% de la « production » de poisson mondiale et permet de limiter l’exploitation de certaines espèces de poissons. L’aquaculture voit sa production croître significativement. Cependant, bien qu’elle réponde à la demande des consommateurs en produits de la mer, l’aquaculture est une solution qui peut être dangereuse pour l’environnement…
Aquaculture intensive et environnement ne font pas bon ménage

Selon la FAO, le secteur aquacole a vu sa production mondiale passer de 2 à 51 millions de tonnes en 50 ans. Toutefois, l’essor fulgurant de ce procédé, s’il n’est pas effectué de manière durable, peut entraîner de graves problèmes environnementaux.

La majorité des poissons d’élevage sont carnivores. Ainsi, les nourrir requiert des quantités considérables de…poissons sauvages. Paradoxal, quand on sait que l’aquaculture, outre satisfaire les consommateurs, vise aussi à réduire la pression de pêche sur les espèces sauvages !
De ce fait, pour 1kg de saumon, de bar ou de daurade d’élevage, il faut 4kg de farine de poissons sauvages (hareng, sardine, maquereau). Ce chiffre passe à 20 kg pour 1kg de thon rouge d’élevage…

Le développement des élevages en aquaculture a accentué la surexploitation des stocks de ces poissons de moindre valeur, aux dépens de la faune sauvage (oiseaux, phoques, poissons carnivores) qui tend à quitter ou à disparaître des zones en surpêche

L’aquaculture comme mode de pêche durable est possible mais à la condition de respecter des normes strictes car l’aquaculture peut être plus polluante et néfaste que la pêche sauvage.
Selon un responsable du Plan d’action pour la Méditerranée, M. Alsousamra, pour produire une tonne de poisson de ferme, il faut :

12 kg de phosphore
110 kg d’azote
450 kg de carbone
Par ailleurs, l’élevage de poissons produit une quantité énorme de déchets de façon concentrée. Exemple : l’ensemble des fermes d’élevage de saumons en Ecosse rejettent par jour autant de déjection que les 600 000 habitants d’Edimbourg.

Un élevage type de 200 000 saumons produit la même quantité de matières fécales qu’une ville de 62 000 habitants
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP