22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite »
Accueil > Actualités de la mer > L’attaque des drones

L’attaque des drones

Dernière mise à jour le vendredi 6 septembre 2013

Article paru
sur le site "Espace des sciences ouest" - 01 septembre 2013
Visualiser l’article original


Ça y est. Après les militaires, les chercheurs commencent à faire voler les drones. Ils apparaissent dans le ciel, notamment le long du littoral.

Tout voir, tout observer ! Après le microscope ou le satellite, le drone aérien est, pour les chercheurs, l’un des nouveaux moyens d’observation du monde. L’innovation technologique concerne tous les drones, ceux des militaires (photo ci-contre, en savoir plus) et les nouvelles machines bon marché. Ce secteur émerge grâce à la miniaturisation du pilotage automatique, du GPS et des capteurs embarqués. « Le petit drone devient accessible, confirme Didier Grosdemange, directeur d’In Vivo Environnement, spécialisé dans les études scientifiques en milieu marin. Il se généralise pour des prises de vues géoréférencées, ou associé à des capteurs optiques. »

Ce nouvel outil ne deviendra pas la solution miracle pour autant. « Pour cartographier l’habitat marin sur une surface de plus de 200 km2, l’avion est plus adapté(1), précise Philippe Le Niliot, responsable scientifique du Parc naturel marin d’Iroise. Les nouvelles technologies d’investigations sont indispensables en océanographie, mais chaque outil doit être adapté au site. » Pour devenir un outil de chercheurs, le drone doit réaliser des protocoles validés scientifiquement... et être équipé de capteurs bien calibrés.

C’est le cas des drones actuels, équipés de capteurs bon marché. Dans son article “Drones in science : Fly, and bring me data”, paru en juin dans la revue Nature(2), Emma Marris souligne qu’ils deviennent des outils scientifiques répandus, même si « la plupart des chercheurs qui travaillent avec des drones étudient leur technologie, pour les rendre plus agiles et plus autonomes. » En Arctique, des drones mesurent la qualité de la glace. En Écosse, ils surveillent la prolifération d’algues dans les estuaires. En France, à Montpellier, l’Avion jaune, spécialiste des études environnementales en avions et drones, collabore avec deux instituts de recherche(3), notamment pour le suivi de cultures.

Cartographier l’estran

En Bretagne, le drone est un objet d’étude des ingénieurs de la DGA (lire p. 14) et de Télécom Bretagne (lire p. 15). Il est utilisé par des géographes, des biologistes marins et des archéologues (lire p. 16 à 18). L’une des premières applications s’inscrit dans le cadre du projet ANR Cocorisco (Connaissance, compréhension et gestion des risques côtiers), auquel sont associés l’Université de Bretagne Occidentale et l’IUEM, à Brest. À plus de 100 m d’altitude, un drone cartographie l’estran : le trait de côte, au Pays des Abers ou en presqu’île de Rhuys, est passé à la loupe pour comprendre son érosion.

Un autre projet utilisant un drone est mené au Laboratoire génie côtier et environnement, à Plouzané, près de Brest. Au Centre d’études techniques maritimes et fluviales(4), le LGCE réunit huit chercheurs et ingénieurs de recherche qui s’intéressent notamment à la spartine. Cette plante venue d’Angleterre, qui envahit la rade de Brest, au détriment de la rarissime lavande de mer, appauvrit la biodiversité, réduit la vase où les oiseaux se nourrissent, modifie la dynamique des particules dans l’eau, et atténue même les vagues et les courants !

« Nous avions une modélisation numérique du transport sédimentaire dans la rade, explique Georges Chapalain, le directeur du LGCE. Le drone lancé en 2012 nous a permis d’acquérir les données topographiques nécessaires à l’élaboration de notre modèle dans un environnement difficile d’accès. Un autre intérêt du drone est d’être non invasif, car en nous déplaçant, nous aurions modifié la configuration du site. » Ce test a permis de connaître la bathymétrie d’une zone peu détaillée sur les cartes marines. Les images ont été traitées par un logiciel, en collaboration avec l’IGN(5) et l’École nationale des sciences géographiques.

Calculer le cubage des dunes ?
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP