15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk
Accueil > Actualités de la mer > L’avenir des drones se trouve-t-il dans la biologie des insectes (...)

L’avenir des drones se trouve-t-il dans la biologie des insectes ?

Dernière mise à jour le jeudi 26 juin 2014

Article paru
sur le site "TV5 Monde" - 26 Juin 2014
Visualiser l’article original



La capacité des abeilles à se déplacer autour des plantes sans entrer en collision avec elles est étudiée par les concepteurs de drones civils, qui espèrent l’imiter
Quand certains imaginent déjà les drones en livreur de pizzas ou en compagnon éclaireur de l’automobiliste, des chercheurs s’inspirent d’insectes comme la mouche ou l’abeille pour leur permettre de gagner leur autonomie.

"On va très vite arriver aux limites des techniques actuelles, on est condamné à l’innovation", relevait la semaine dernière Stéphane Morelli, secrétaire général de la Fédération professionnelle du drone civil, au cours d’une rencontre consacrée à la science et l’innovation.

"On parle beaucoup d’utiliser les robots volants dans les villes pour faire des livraisons : aujourd’hui c’est impossible", affirme à l’AFP Adrien Briod, du Laboratoire des Systèmes Intelligents à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), en Suisse.

Les drones sont aujourd’hui dépendants soit d’un opérateur "derrière une télécommande", soit d’une trajectoire programmée par GPS, explique-t-il.

Tant qu’ils restent haut dans le ciel, les choses se passent bien. Le défi des drones de demain sera de s’approcher des obstacles... sans risquer la collision en vol.

"A l’heure actuelle, c’est toujours extrêmement difficile pour un robot de faire face à un environnement imprévisible, à savoir le monde réel", poursuit le jeune chercheur.

Des technologies sont disponibles, mais "ça ne suffit pas", renchérit Stéphane Viollet, directeur de l’équipe de biorobotique à l’Institut des Sciences du Mouvement (ISM) de Marseille. "Il y a encore des mécanismes qu’on n’a pas bien compris pour naviguer plus vite, avec plus de réactivité, de façon autonome".

Pour faire avancer l’intelligence des drones, les chercheurs s’efforcent de prendre de la distance avec les capacités humaines, mal adaptées.

Pour plusieurs équipes, les insectes constituent un excellent modèle d’inspiration.

Mais attention, même si "drone" veut dire "faux bourdon" en anglais, il ne s’agit pas forcément de concevoir des engins qui ont l’apparence des insectes.

Ce qui intéresse les scientifiques, ce sont les concepts derrière les comportements de ces petites bêtes ailées.

- Incarnations technologiques -

"La nature nous enseigne qu’on peut faire beaucoup avec peu de ressources", souligne Stéphane Viollet.

Avec son équipe, le chercheur du CNRS s’attache à comprendre "comment ça fonctionne chez l’insecte". Comment une mouche qui entre dans une pièce arrive à explorer son environnement sans entrer en collision avec les obstacles. Comment une abeille arrive à se tenir au-dessus d’une fleur, à suivre son mouvement, même si la fleur bouge.

"On essaie de comprendre tout ça, et après on l’applique, on le reproduit", explique-t-il. "On incarne ces principes issus de la biologie dans des robots et on fait d’une pierre deux coups : on comprend mieux la biologie et on développe des robots de plus en plus autonomes".

Les chercheurs étudient en particulier la façon dont les insectes perçoivent les choses et s’attachent à développer des "capteurs de vision qui ressemblent beaucoup plus aux yeux des insectes qu’aux yeux humains".

C’est le cas de CurvACE, le premier oeil artificiel à facettes inspiré de la mouche, conçu dans les locaux de l’EPFL et de l’ISM, qui équipe des drones quadirotors.

De l’autre côté de l’Atlantique, le Microrobotics Lab (Harvard) de Robert Wood s’est spécialisé dans la miniaturisation. Dans un article publié cette semaine dans la revue Interface de la Royal Society britannique, son équipe présente un tout petit robot volant doté d’une fonction d’autostabilisation inspirée des ocelles, les organes de détection de la lumière des insectes.

Mais la nature aussi a ses limites. Malgré toute la facilité qu’ont les insectes à naviguer, il leur arrive d’entrer en collision avec des obstacles qui bougent ou qui sont transparents, comme les vitres.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP