21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français
Accueil > Actualités de la mer > L’avion solaire qui veut faire le tour du monde sans kérosène

L’avion solaire qui veut faire le tour du monde sans kérosène

Dernière mise à jour le mardi 15 avril 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 10 avril 2014
Visualiser l’article original



La deuxième version du Solar Impulse a été dévoilée hier en Suisse.

Le premier appareil lancé en 2010 avait prouvé la faisabilité d’un avion propulsé par la seule énergie solaire. L’équipe suisse Solar Impulse a dévoilé mercredi à Payerne son nouvel avion destiné cette fois à boucler le premier tour du monde sans combustible fossile. Mais il est bien difficile de cacher un engin dont l’aile fait 72 mètres d’envergure (soit plus longue que celle d’un Boeing 747). Cette dernière dépassait largement du grand rideau noir censé cacher l’appareil.

« Voici le seul avion au monde qui peut voler sans jamais s’arrêter, qui peut voler jour et nuit sans brûler la moindre goutte de kérosène », a présenté fièrement André Borschberg, le pilote professionnel suisse qui a fondé le défi Solar Impulse avec l’aventurier Bertrand Piccard.

Avec son immense envergure, ses ailes toutes droites et sa structure ultralégère, le Solar Impulse 2 n’est pas bâti pour battre des records de vitesse, mais bien pour voler des heures d’affilée à très haute altitude. Sa seule source d’énergie provient des panneaux solaires qui recouvrent chaque centimètre carré de ses ailes et du haut du fuselage. Ils alimentent en courant quatre petits moteurs électriques, qui font tourner lentement de grandes hélices. La puissance de chaque moteur ne fait que 17,5 ch, l’équivalent de celle d’un scooter, mais l’avion est tellement léger que cela suffit à le faire décoller et grimper jusqu’à 9 000 mètres d’altitude. La nuit, des batteries au lithium prennent le relais en attendant le prochain lever de soleil.

« La réduction du poids est l’obsession permanente du programme, et nous a obligés à développer des solutions nouvelles pour réussir à faire voler cet avion », explique avec enthousiasme Claude Michel, responsable du programme Solar Impulse chez Solvay, l’un des principaux partenaires technologiques du projet suisse. « Nous avons notamment développé un polymère qui remplace l’aluminium du vérin du train d’atterrissage et qui permet de faire un gain de masse de 80 % sur cet élément. »
Il ne pèse que 2 tonnes

Le groupe chimique belge a aussi contribué à la composition des éléments des batteries lithium-ion, afin d’augmenter la quantité d’énergie stockée tout en réduisant la masse. Malgré son envergure géante, l’avion ne pèse qu’un peu plus de 2 tonnes, l’équivalent d’un gros 4 × 4, dont 600 kg de batteries. Cette masse réduite n’a été possible que grâce à l’utilisation de composites de carbone assemblés à Lausanne par le chantier naval Décision, l’un des meilleurs spécialistes dans le monde des voiliers de course ultralégers. Les bandes de carbones utilisées pour construire la structure de l’avion pèsent seulement 25 g/m2, trois fois moins qu’une feuille de papier d’imprimante, grâce à une technologie utilisée au départ sur les catamarans de course de l’équipe suisse Hydros.

Le premier Solar Impulse pouvait déjà en théorie voler indéfiniment, puisqu’il était capable de rester en l’air une nuit entière après avoir rechargé ses batteries au soleil pendant la journée. Mais en pratique, l’engin était limité par l’endurance de son pilote et sa capacité à maintenir la fragile structure en l’air en l’absence de tout système de pilotage automatique. Le plus long vol de Solar Impulse 1 avait ainsi duré 26 heures en juillet 2012, et sa plus longue distance parcourue d’une traite dépassait 1.000 km, à 50 km/h de moyenne. « Avec le premier avion nous avions l’équivalent d’un siège de classe économique, et avec le deuxième, nous avons un bon siège de classe affaires, dans lequel on peut être assis pour piloter, s’allonger pour dormir et même bouger pour faire de l’exercice », raconte André Borschberg.

Après des premiers vols d’essais prévus cette année

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP