23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer
Accueil > Actualités de la mer > L’avion solaire qui veut faire le tour du monde sans kérosène

L’avion solaire qui veut faire le tour du monde sans kérosène

Dernière mise à jour le mardi 15 avril 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 10 avril 2014
Visualiser l’article original



La deuxième version du Solar Impulse a été dévoilée hier en Suisse.

Le premier appareil lancé en 2010 avait prouvé la faisabilité d’un avion propulsé par la seule énergie solaire. L’équipe suisse Solar Impulse a dévoilé mercredi à Payerne son nouvel avion destiné cette fois à boucler le premier tour du monde sans combustible fossile. Mais il est bien difficile de cacher un engin dont l’aile fait 72 mètres d’envergure (soit plus longue que celle d’un Boeing 747). Cette dernière dépassait largement du grand rideau noir censé cacher l’appareil.

« Voici le seul avion au monde qui peut voler sans jamais s’arrêter, qui peut voler jour et nuit sans brûler la moindre goutte de kérosène », a présenté fièrement André Borschberg, le pilote professionnel suisse qui a fondé le défi Solar Impulse avec l’aventurier Bertrand Piccard.

Avec son immense envergure, ses ailes toutes droites et sa structure ultralégère, le Solar Impulse 2 n’est pas bâti pour battre des records de vitesse, mais bien pour voler des heures d’affilée à très haute altitude. Sa seule source d’énergie provient des panneaux solaires qui recouvrent chaque centimètre carré de ses ailes et du haut du fuselage. Ils alimentent en courant quatre petits moteurs électriques, qui font tourner lentement de grandes hélices. La puissance de chaque moteur ne fait que 17,5 ch, l’équivalent de celle d’un scooter, mais l’avion est tellement léger que cela suffit à le faire décoller et grimper jusqu’à 9 000 mètres d’altitude. La nuit, des batteries au lithium prennent le relais en attendant le prochain lever de soleil.

« La réduction du poids est l’obsession permanente du programme, et nous a obligés à développer des solutions nouvelles pour réussir à faire voler cet avion », explique avec enthousiasme Claude Michel, responsable du programme Solar Impulse chez Solvay, l’un des principaux partenaires technologiques du projet suisse. « Nous avons notamment développé un polymère qui remplace l’aluminium du vérin du train d’atterrissage et qui permet de faire un gain de masse de 80 % sur cet élément. »
Il ne pèse que 2 tonnes

Le groupe chimique belge a aussi contribué à la composition des éléments des batteries lithium-ion, afin d’augmenter la quantité d’énergie stockée tout en réduisant la masse. Malgré son envergure géante, l’avion ne pèse qu’un peu plus de 2 tonnes, l’équivalent d’un gros 4 × 4, dont 600 kg de batteries. Cette masse réduite n’a été possible que grâce à l’utilisation de composites de carbone assemblés à Lausanne par le chantier naval Décision, l’un des meilleurs spécialistes dans le monde des voiliers de course ultralégers. Les bandes de carbones utilisées pour construire la structure de l’avion pèsent seulement 25 g/m2, trois fois moins qu’une feuille de papier d’imprimante, grâce à une technologie utilisée au départ sur les catamarans de course de l’équipe suisse Hydros.

Le premier Solar Impulse pouvait déjà en théorie voler indéfiniment, puisqu’il était capable de rester en l’air une nuit entière après avoir rechargé ses batteries au soleil pendant la journée. Mais en pratique, l’engin était limité par l’endurance de son pilote et sa capacité à maintenir la fragile structure en l’air en l’absence de tout système de pilotage automatique. Le plus long vol de Solar Impulse 1 avait ainsi duré 26 heures en juillet 2012, et sa plus longue distance parcourue d’une traite dépassait 1.000 km, à 50 km/h de moyenne. « Avec le premier avion nous avions l’équivalent d’un siège de classe économique, et avec le deuxième, nous avons un bon siège de classe affaires, dans lequel on peut être assis pour piloter, s’allonger pour dormir et même bouger pour faire de l’exercice », raconte André Borschberg.

Après des premiers vols d’essais prévus cette année

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP