18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > L’eau de Méditerranée s’améliore avec le temps

L’eau de Méditerranée s’améliore avec le temps

Dernière mise à jour le mercredi 4 avril 2012

Article paru sur le site "Midi Libre" - Lundi 02 Avril 2012
Visualiser l’article original



L’eau de Méditerranée s’améliore avec le temps

Enfin une bonne nouvelle. Sur leur partie française, les eaux côtières de la Méditerranée se bonifient. "Depuis 1990, on assiste à une amélioration. Le bilan des vingt années est plutôt favorable", souligne Pierre Boissery, le spécialiste des expertises sur les eaux côtières et le littoral de la Méditerranée, à l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse.

Son institution vient de lancer avec l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), une nouvelle campagne de surveillance de la qualité du milieu marin méditerranéen, eaux côtières et lagunes. L’opération, qui a débuté le 28 mars, s’achèvera le 20 avril. Pour la mener, le catamaran sétois L’Europe, qui appartient à l’Ifremer, a été mobilisé. Parti de La Seyne-sur-Mer (Var), il longe la côte, de Menton à la frontière espagnole, et la Corse.

Les scientifiques qu’il embarque évalueront la vitalité des herbiers de posidonie, des plantes sous-marines où fraient les poissons. Ils mesureront l’abondance du phytoplancton et la diversité des espèces évoluant dans les eaux côtières. Leur objectif est également de mesurer l’état de santé de cette zone marine, en étudiant contaminants métalliques, molécules organochlorées, certains pesticides et hydrocarbures. Des filtres spéciaux et des grappes de moules en provenance de l’étang de Thau seront placés en mer. Le bivalve est un excellent capteur de pollution. Car, en filtrant l’eau, il retient tout ce passe. Le dispositif couvre une bande allant du bord à 50 mètres de fond.

"La situation n’est pas catastrophique"

Bruno Andral Cette opération n’est pas une première. Deux autres campagnes du même type avaient déjà été menées, en 2006 et en 2009, bref sur une périodicité triennale. Les résultats obtenus jusqu’à présent sont rassurants. "Un cinquième du littoral méditerranéen français présente un niveau de contamination un peu moins bon. Mais la situation n’est pas catastrophique", précise Bruno Andral, un cadre de recherche de l’Ifremer. Parmi les eaux de plus faible qualité figurent celles situées en face des grandes agglomérations et des ports, essentiellement en Paca, et celles des lagunes du Languedoc-Roussillon.

En fait, en vingt ans, les communes du littoral méditerranéen ont pris conscience de la nécessité de traiter leurs rejets. "Il y a eu de nombreuses créations de station d’épuration qui sont conformes aux normes et efficaces. De plus, les élus ont intégré dans leur action la dimension environnementale. Ils ont aussi compris qu’il en allait de l’activité touristique", explique Pierre Boissery. Qui ajoute : "Ce qui nous préoccupe, aujourd’hui, ce sont les ruissellements et les apports d’eau côtiers" qui charrient pesticides et autres contaminants, en s’écoulant en mer.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP