21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > L’énergie marine attire les grandes entreprises

L’énergie marine attire les grandes entreprises

Dernière mise à jour le jeudi 8 mars 2012

Article paru sur le site "Les Echos" - Mercredi 07 Mars 2012
Visualiser l’article original



L’énergie marine attire les grandes entreprises

Après avoir raté le solaire puis l’éolien, la France peut espérer jouer un rôle dans les énergies marines grâce à deux arguments majeurs. D’abord, une importante façade maritime, en métropole comme en outre-mer pour développer puis exploiter ces différentes technologies. Ensuite, « le profil de nos grands opérateurs ou industriels venant de l’énergie, du monde pétrolier et de la construction navale correspond aux exigences de ce secteur », explique Alexis Gazzo, responsable des « cleantech » et du développement durable chez Ernst & Young.

Ces grandes entreprises, EDF, Alstom et DCNS en tête, se sont d’ailleurs mises à l’eau assez tôt. EDF exploite déjà sur la Rance la première usine marémotrice du monde (1967) qui, avec une puissance de 240 mégawatts, peut alimenter une ville de la taille de Rennes. Pourtant, même si EDF a un autre projet dans la baie de Fundy au Canada, les quatre usines exploitées dans le monde ont peu de chances de se multiplier, « en raison de leurs coûts d’investissement et de leur impact environnemental », note une étude récemment publiée par Alexis Gazzo et disponible sur le site d’Ernst & Young.

Derrière, plusieurs technologies sont en concurrence : les hydroliennes, les éoliennes flottantes, l’énergie des vagues et l’énergie thermique des mers. Les deux premières sont les plus mûres d’un point de vue technique. EDF mise avant tout sur l’hydrolien. « Parmi les technologies récentes, nous pensons que c’est elle qui va atteindre la maturité économique en premier, d’ici dix à quinze ans », estime Xavier Ursat, directeur délégué de la division production et ingénierie hydraulique à EDF.

DCNS, pour sa part, reste actif sur les quatre filières. « Chacune d’entre elles possède encore le potentiel de se développer pour donner lieu à une activité rentable », explique Frédéric Le Lidec, directeur de l’incubateur énergies marines du groupe de construction navale.

Tous les grands acteurs privilégient des collaborations avec des spécialistes souvent plus petits. Dans le domaine de l’hydrolien, DCNS a ainsi pris 11 % du capital dans la petite société irlandaise Openhydro, tandis qu’Alstom a passé des accords de licence avec la société canadienne Clean Current. Alstom a aussi pris 40 % d’un pionnier de l’énergie houlomotrice, l’écossais AWS.

Pour rester dans la course, les industriels attendent une politique volontariste de l’Etat avec des tarifs de rachat suffisamment élevés, insiste Philippe Gilson, directeur des énergies marines chez Alstom et qui préside la commission énergies marines au sein du Syndicat des énergies renouvelables : « En 2020 les énergies marines permettront de produire une électricité meilleur marché que celle produite à partir du solaire aujourd’hui. Dès lors, nous attendons du gouvernement qu’il établisse des tarifs de rachat permettant à cette filière de se développer. »
Tester les technologies

Les acteurs de la filière, qui regroupe, aussi des PME innovantes et plusieurs laboratoires, attendent également beaucoup du projet France Energie marine (143 millions d’euros au total), piloté par l’Ifremer. Il vise à mettre au point des plates-formes permettant de tester chacune des technologies en mer, ainsi qu’à Bordeaux pour des hydroliennes destinées aux estuaires.

France Energie marine testera aussi l’énergie thermique des mers, qui est l’approche la plus futuriste. Elle consiste à exploiter la différence de température entre les eaux superficielles et celles des profondeurs. Un premier démonstrateur va être installé sur terre à La Réunion afin de démontrer la validité du concept. Les difficultés techniques resteront ensuite énormes, puisqu’il faudra savoir pomper de l’eau par 1.000 mètres de fond et la faire remonter dans des tuyaux de 5 mètres de diamètre, et ce pendant vingt-cinq ans.

L’objectif de France Energie marine est d’être sélectionné au titre des investissements d’avenir pour constituer un institut d’excellence des énergies décarbonées (IEED), avec à la clef un financement public de 43 millions d’euros. Depuis plusieurs semaines, le projet est suspendu à une décision du gouvernement.

FRANK NIEDERCORN



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP