23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Actualités de la mer > L’étrange amaigrissement des anchois et sardines de Méditerranée

L’étrange amaigrissement des anchois et sardines de Méditerranée

Dernière mise à jour le mardi 12 avril 2016

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 08 Avril 2016
Visualiser l’article original


Les chercheurs envisagent un changement de la communauté planctonique, qui serait constituée d’espèces moins énergétiques qu’avant.

MAIS qu’arrive-t-il aux sardines et anchois de Méditerranée ?
C’est un drôle de casse-tête auquel se sont confrontés les chercheurs de l’Ifremer. Depuis 2006, la biomasse de la sardine a fortement chuté, passant de 200 000 à 67 000 tonnes. Et depuis, ce chiffre ne bouge plus, sans explication évidente…
Or le nombre de ces petits poissons pélagiques n’a pas diminué, « il y a même eu sur la période un peu plus de sardines », selon Jean-Marc Fromentin, l’un des chercheurs de l’Ifremer qui a piloté les travaux.
C’est en fait leur taille qui a baissé : « Les sardines adultes sont passées de 15 à 11 cm », ajoute le scientifique. Les sardines peuvent vivre de 5 à 7 ans mais celles âgées de plus de 2 ans, donc les plus grosses, ont disparu.
« En 2006 et 2008 on recensait encore des sardines âgées de 6 ans. » En outre, les poissons accumulent moins de gras. Une hypothèse tient aujourd’hui la corde : le plancton, de moindre qualité, serait moins nourrissant et les poissons en quelque sorte ....
.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP