15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition
Accueil > Actualités de la mer > L’expédition Biolave se poursuit dans les labos

L’expédition Biolave se poursuit dans les labos

Dernière mise à jour le mercredi 21 mars 2012

Article paru sur le site "Clicanoo.re" - Samedi 17 Mars 2012
Visualiser l’article original



L’expédition Biolave se poursuit dans les labos

Le programme Biolave, initié par l’Agence pour la recherche et la valorisation marine (Arvam) et mené en partenariat avec d’autres organismes de recherche (Ifremer, Muséum, Université de La Rochelle ?), vient de vivre sa dernière phase de terrain. Cette expédition, qui vise à décrire les habitats et la biodiversité évoluant sur les pentes sous-marines de La Fournaise, a exploré des fonds marins pratiquement inconnus et remonter des milliers de spécimens (lire notre édition du 14 février). Au cours de la semaine écoulée, des pêches profondes entre 200 et 870 m, surtout sur la coulée de 2007, ont été menées à bord du Let’s Go. "Nous avons multiplié les tentatives compte tenu d’une fenêtre météo courte", signale Alain Barrère, spécialiste des mollusques et membre de l’Arvam. À l’aide de casiers, de nasses, de palangres et d’engins de pêche transformés pour l’occasion, l’équipe de quatre personnes (deux scientifiques et deux hommes d’équipage) a remonté une trentaine de requins zépines dont les contenus stomacaux vont être analysés, une douzaine poissons, plusieurs kilos de crevettes et quelques crustacés ? Alain Barrère estime : "On est un peu déçu. On espérait revoir certaines espèces remontées par la lave en 2007 ? Soit cette zone est peu peuplée, soit la faune qui y évolue est craintive. Nous n’avons peut-être pas su la capturer".

Une éruption exceptionnelle

En tout cas, les scientifiques, qui concentraient hier leurs échantillons dans les locaux de l’Ifremer au Port, sont unanimes comme résume Jean-Pascal Quod, le patron de l’Arvam, "l’éruption exceptionnelle de 2007 équivaut au moins à quatre expéditions scientifiques". Pour l’instant, cette dernière campagne profonde serait porteuse "de deux ou trois espèces intéressantes (ndlr : non identifiées pour l’instant) comme un poulpe capturer à 450 m". Les spécialistes, ceux qui ont débarqué et ceux qui arrivent, le diront. Les deux scientifiques qui planchent sur la description des espèces nouvelles de 2007, Jérôme Spitz et Jean-Claude Quéro, ne retrouvent pas trace de deux espèces de poissons tout juste remontées des profondeurs : une sorte de congre anguilliforme et un spécimen luminescent. Concernant ce dernier, Jérôme Spitz indique "les photophores disséminés sur le corps forment une constellation propre à chaque espèce, celle-ci je ne la reconnais pas". Quoi qu’il en soit, les nouveaux spécimens vont aller rejoindre l’impressionnante collection récoltée par l’Arvam et ses partenaires depuis 2007. Le travail d’inventaire et de description va encore durer des années. Cette expédition Biolave s’achève mais les scientifiques ne veulent pas en rester là. Alain Barrère rêve déjà de chaluter les fonds avec La Curieuse. B.G.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP