22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > L’exploration de l’Arctique ouvre une fenêtre sur le futur changement (...)

L’exploration de l’Arctique ouvre une fenêtre sur le futur changement climatique

Dernière mise à jour le samedi 3 août 2013

Article paru
sur le site "Médiaterre" - 2013
Visualiser l’article original


Les projections de modèles climatiques montrent que l’océan Arctique sera complètement déglacé l’été d’ici 2060. Cependant, les records d’étendue de la banquise les plus bas enregistrés en 2007 et 2012 ont démontré que ces prévisions étaient trop optimistes et certains scientifiques pensent que nous pourrions voir l’Arctique sans glace au cours de notre décennie ou de la prochaine. Cette transformation majeure aura sans aucun doute d’importantes conséquences sur notre climat, cependant les avis sur la gravité de ce changement varient.

Pour pouvoir cependant mettre en place en temps voulu et efficace les mesures correctives, il est clair que nous devons avoir sous la main les outils qui permettent de surveiller et d’évaluer avec précision ce qui se passe.

C’est pourquoi le projet DAMOCLES ("Developing Arctic Modelling and Observing Capabilities for Long-term Environmental Studies"), financé par l’UE, a été créé pour améliorer les capacités européennes de modélisation et d’observation en Arctique. L’objectif ultime est d’identifier et de comprendre les changements actuels de la banquise, de l’atmosphère et de l’océan de l’Arctique et de la région subarctique. En effet, une des préoccupations est qu’alors que le reste du monde est surveillé par des instruments météorologiques et océaniques, l’Arctique n’a jamais connu un niveau de surveillance comparable.

Le projet DAMOCLES souhaite y remédier et a donc réuni 48 institutions de recherche, y compris 10 PME réparties dans 11 pays européens, la Russie et la Biélorussie, avec des experts venant des États-Unis, de Russie, du Canada et du Japon. Le projet s’inscrit dans le cadre d’un effort international, véritablement mondial, tant par son ambition que par sa nature, de s’attaquer tous ensemble aux défis de la recherche dans l’Arctique.

Les tâches sont très complexes et nécessitent la mise en oeuvre de navires, d’avions, de brise-glaces, d’enregistrements satellites ainsi que l’utilisation d’équipements sous la glace. L’équipe a attaché des bouées sans pilote dans la banquise en dérive pour y mesurer la chaleur et la salinité de l’océan. Ces bouées communiquent par satellite et envoient des flux de données en temps réel aux scientifiques en Europe.

Les ondes sonores sont également utilisées pour mesurer la température de l’océan. Un haut-parleur sous-marin a été descendu sous la surface avec un récepteur. La vitesse de déplacement du son dépendant de la température (pour une salinité donnée), les scientifiques sont désormais capables de contrôler la température de l’eau à grande distance avec une grande précision et des dépenses minimales. Des torpilles robotisées sont également utilisées pour mesurer la température, la salinité, la pression et la vitesse et ont voyagé à travers l’océan à différentes profondeurs.

Des instruments ont été également ancrés au fond de la mer le long du bord de l’océan Arctique, là où de forts courants transportent les eaux chaudes de l’Atlantique de l’Atlantique Nord dans l’Arctique central. Les scientifiques sont ainsi capables de surveiller l’état de l’océan à un endroit précis sur une longue période de temps. Les instruments installés sur les îlots de glace en dérive offrent également une image plus claire de la façon dont la banquise arctique est en train de disparaître rapidement.

Lorsque les données du début de 2007 ont été saisies dans le modèle DAMOCLES, il a pu prédire exactement la présence de grandes zones dépourvues de glace au milieu de l’océan Arctique, plus tard dans l’année. Le projet est parvenu à améliorer la surveillance de l’Arctique, donnant ainsi aux autorités un délai plus long pour se préparer à la survenue d’évènements climatiques extrêmes.

Source : CORDIS

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP