22 février : Mer. La petite pêche s’estime oubliée21 février : L’Hermione. Cap au sud pour un périple francophone 20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil
Accueil > Actualités de la mer > L’homme au même niveau que l’anchois dans la chaîne alimentaire

L’homme au même niveau que l’anchois dans la chaîne alimentaire

Dernière mise à jour le vendredi 6 décembre 2013

Article paru
sur le site "Le Point" - 04 Décembre 2013
Visualiser l’article original



L’homme est traditionnellement considéré comme le dernier maillon de la chaîne alimentaire : "c’est faux", assure une équipe française de chercheurs, pour qui l’homme se situe en fait au même niveau que l’anchois, bien loin d’un prédateur supérieur comme l’ours polaire.

Pour arriver à cette conclusion quelque peu déroutante, l’équipe Ifremer/Institut de recherche pour le développement/Agrocampus-Ouest a calculé pour la première fois le "niveau trophique" de l’homme. C’est cet indice qui détermine la position d’une espèce dans la chaîne alimentaire. "C’est vrai qu’il n’y a personne au-dessus de l’homme", en tout cas personne pour le manger, reconnaît auprès de l’AFP Sylvain Bonhommeau, principal auteur de l’étude publiée cette semaine dans les Comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS). Mais il n’est pas le superprédateur qu’on a coutume de présenter, du moins en termes d’alimentation.
L’homme, proche du cochon

Le niveau trophique d’une espèce est fonction de son régime alimentaire. Les végétaux, qui sont les premiers producteurs de matières organiques, appartiennent au premier niveau trophique. Les herbivores relèvent du deuxième niveau. Les carnivores, prédateurs se nourrissant d’herbivores, pointent aux niveaux supérieurs. Le niveau trophique représente donc "le nombre d’intermédiaires entre les producteurs primaires et leur prédateur", expliquent l’Ifremer et l’IRD dans un communiqué. En utilisant les données de la FAO sur la consommation humaine pour la période 1961-2009, les chercheurs ont défini un niveau trophique de 2.2 pour l’homme, soit un niveau proche d’un anchois ou d’un cochon. Des prédateurs supérieurs, comme l’ours polaire et l’orque, peuvent pour leur part atteindre un indice de 5.5.

Les chercheurs ont également analysé les différences de niveau trophique humain par zones géographiques. Le Burundi est le pays à l’indice le plus bas : avec un score de 2.04, le régime alimentaire des Burundais "doit être composé à presque 97 % de plantes", estiment les chercheurs. L’Islande obtient en revanche le score le plus élevé (2.54), qui correspond à un régime alimentaire majoritairement carnivore (plus de 50 %), en l’occurrence très riche en poisson.

Si l’homme n’est donc pas, contrairement à l’idée communément admise, un prédateur supérieur, les chercheurs ont cependant constaté une augmentation de 3 % du niveau trophique humain au cours des cinquante dernières années. "Cette augmentation montre que l’alimentation de l’homme a un impact plus important sur son écosystème", soulignent les chercheurs. Sylvain Bonhommeau relève par ailleurs que "l’impact de l’homme sur l’écosystème est bien plus large que son alimentatio

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP