24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers
Accueil > Actualités de la mer > L’homme au même niveau que l’anchois dans la chaîne alimentaire

L’homme au même niveau que l’anchois dans la chaîne alimentaire

Dernière mise à jour le vendredi 6 décembre 2013

Article paru
sur le site "Le Point" - 04 Décembre 2013
Visualiser l’article original



L’homme est traditionnellement considéré comme le dernier maillon de la chaîne alimentaire : "c’est faux", assure une équipe française de chercheurs, pour qui l’homme se situe en fait au même niveau que l’anchois, bien loin d’un prédateur supérieur comme l’ours polaire.

Pour arriver à cette conclusion quelque peu déroutante, l’équipe Ifremer/Institut de recherche pour le développement/Agrocampus-Ouest a calculé pour la première fois le "niveau trophique" de l’homme. C’est cet indice qui détermine la position d’une espèce dans la chaîne alimentaire. "C’est vrai qu’il n’y a personne au-dessus de l’homme", en tout cas personne pour le manger, reconnaît auprès de l’AFP Sylvain Bonhommeau, principal auteur de l’étude publiée cette semaine dans les Comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS). Mais il n’est pas le superprédateur qu’on a coutume de présenter, du moins en termes d’alimentation.
L’homme, proche du cochon

Le niveau trophique d’une espèce est fonction de son régime alimentaire. Les végétaux, qui sont les premiers producteurs de matières organiques, appartiennent au premier niveau trophique. Les herbivores relèvent du deuxième niveau. Les carnivores, prédateurs se nourrissant d’herbivores, pointent aux niveaux supérieurs. Le niveau trophique représente donc "le nombre d’intermédiaires entre les producteurs primaires et leur prédateur", expliquent l’Ifremer et l’IRD dans un communiqué. En utilisant les données de la FAO sur la consommation humaine pour la période 1961-2009, les chercheurs ont défini un niveau trophique de 2.2 pour l’homme, soit un niveau proche d’un anchois ou d’un cochon. Des prédateurs supérieurs, comme l’ours polaire et l’orque, peuvent pour leur part atteindre un indice de 5.5.

Les chercheurs ont également analysé les différences de niveau trophique humain par zones géographiques. Le Burundi est le pays à l’indice le plus bas : avec un score de 2.04, le régime alimentaire des Burundais "doit être composé à presque 97 % de plantes", estiment les chercheurs. L’Islande obtient en revanche le score le plus élevé (2.54), qui correspond à un régime alimentaire majoritairement carnivore (plus de 50 %), en l’occurrence très riche en poisson.

Si l’homme n’est donc pas, contrairement à l’idée communément admise, un prédateur supérieur, les chercheurs ont cependant constaté une augmentation de 3 % du niveau trophique humain au cours des cinquante dernières années. "Cette augmentation montre que l’alimentation de l’homme a un impact plus important sur son écosystème", soulignent les chercheurs. Sylvain Bonhommeau relève par ailleurs que "l’impact de l’homme sur l’écosystème est bien plus large que son alimentatio

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP