10 décembre : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marin9 décembre : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-Jacques8 décembre : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"7 décembre : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc 6 décembre : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest5 décembre : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »4 décembre : 4min Les pêcheurs de la Côte d’Opale en guerre contre la pêche électrique3 décembre : Rade de Brest. Où sont passés les pétoncles et les huîtres plates ?2 décembre : Spiruline : attention aux effets indésirables 30 novembre : Caraïbes. Des îles... de déchets 29 novembre : Cinq questions sur la pêche électrique, accusée d’appauvrir les pêcheurs français28 novembre : Tara : l’expédition se penche sur l’impact du guano de fientes d’oiseau sur le corail27 novembre : Recherche. Chut ! Les huîtres ont des oreilles26 novembre : Pays de Quimperlé : le député contre la pêche électrique 25 novembre : Non à la pêche électrique25 novembre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon
Accueil > Actualités de la mer > L’hydrolienne flottante, une nouvelle énergie marine Rémi Laval-Jeantet, l’un (...)

L’hydrolienne flottante, une nouvelle énergie marine Rémi Laval-Jeantet, l’un des deux asssociés de Tidalys, présente la maquette de l’hydrolienne flottante qu’il a conçue.

Dernière mise à jour le dimanche 2 juin 2013

Article paru
sur le site "LaMancheLibre" - xx Mai 2013
Visualiser l’article original


Après les éoliennes et les hydroliennes immergées, les hydroliennes flottantes apparaissent.

Pour celui qui ne connaît pas son utilisation réelle, la machine conçue et mise au point par Rémi Laval-Jeantet pourrait faire penser à une hélice de bateau, réplique en beaucoup plus grand de celles qui équipent les petites embarcations à moteur. Mais ses apparences sont trompeuses : cet ensemble mécanique est en fait une hydrolienne, c’est-à-dire une machine qui produit de l’électricité en étant actionnée par la force des courants marins.

Autre particularité : à la différence des hydroliennes que testent au large de la Bretagne EDF énergies nouvelles et DCNS, cette machine ne reposera pas au fond de la mer, mais flottera à sa surface.

“Le kW hydrolien a un prix compétitif”

"Nous avons commencé à réfléchir à leur conception il y a six ans de cela, dans le bureau d’études auquel je collabore comme associé de Rémi Laval-Jeantet depuis 2005", explique Arnaud Blosseville, designer industriel. Passionné par tout ce qui concerne l’ingénierie et l’innovation industrielle, le concepteur de la machine est un spécialiste de l’aérodynamisme et de l’hydrodynamisme.

Capter la puissance des courants

Commence alors un long travail sur les aspects techniques de l’hydrolienne, puis sur les volets financiers et économiques du projet. "Notre machine a été conçue et mise au point de telle façon qu’elle soit intéressante économiquement, à la fois pour son constructeur et pour son exploitant." Pour eux, en effet, il est indispensable que les énergies renouvelables possèdent ces avantages afin de pouvoir se développer. En clair, elles ne doivent pas avoir besoin de subventions pour être rentables. D’autant que celles-ci diminueront sans doute avec le temps. Le résultat de tout cela ? "Le kilowatt produit par notre hydrolienne reviendra à 3 centimes d’euro, ce qui le rend compétitif !"

Si les hydroliennes flottantes permettent d’en arriver là, explique Arnaud Blosseville, c’est qu’elles utilisent à plein la force des courants marins. La raison ? Au fond de la mer, ces courants rencontrent des obstacles qui atténuent leur puissance, ce qui n’est pas le cas en surface. Un avantage accru par le système d’ancrage de ces machines qui bougent librement et captent donc au mieux le courant. En outre, "La partie de l’hydrolienne qui produit de l’électricité se trouve en surface, d’où un coût moindre".

Un poids plume

Autre atout de cette machine flottante : elle ne pèse "que" 120 tonnes, contre 1.500 tonnes pour les hydroliennes implantées au fond de la mer, si bien que sa mise en place et son entretien sont nettement plus économiques. Autant d’arguments qui ont permis à Rémi Laval-Jeantet et Arnaud Blosseville de bâtir leur projet au sein de la pépinière d’entreprises technologiques Normandie Incubation, à Caen.

Dans la foulée, les deux associés ont créé leur entreprise, baptisée Tidalys et implantée à Cherbourg, le 9 octobre dernier. Prochaine étape : la construction d’un prototype de l’hydrolienne flottante qui sera testée en conditions réelles.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP