22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre
Accueil > Actualités de la mer > L’île qui veut désaliniser l’eau de mer grâce aux vagues

L’île qui veut désaliniser l’eau de mer grâce aux vagues

Dernière mise à jour le mercredi 11 septembre 2013

Article paru
sur le site "Global local" - 01 septembre 2013
Visualiser l’article original


Une entreprise Australienne projette de construire une centrale de désalinisation auto-alimentée, grâce à l’énergie des vagues. Une technologie qui vient réaffirmer le potentiel mondial de l’énergie houlomotrice.

Désaller l’eau de mer et capter l’énergie des vagues : deux idées séduisantes, dont on entend parler depuis longtemps, mais qui peinent à se concrétiser... Pour la première, c’est le coût en énergie, trop élevé, qui semble faire obstacle au développement de centrales de désalinisation. Pour la seconde, c’est le rendement, trop faible, qui cantonne l’exploitation de l’énergie marine à un niveau encore trop anecdotique.

En Australie, l’entreprise Carnegie Wage Energy vient peut-être de trouver la solution. Elle projette d’ouvrir la première centrale de désalinisation entièrement alimentée… en captant l’énergie des vagues. Elle se dit capable de séparer l’eau du sel sans recourir à aucune autre source extérieure. Et de rendre l’île de Garden Island, où elle est installée, auto-suffisante en eau potable, mais aussi en électricité.

Baptisée « CETO », du nom de la divinité maritime grecque, la technologie brevetée fait appel à des flotteurs sous-marins mis en mouvement par l’énergie de la houle. Ceux-ci transmettent l’énergie dégagée à des pompes situées au fond de l’océan, qui alimentent des turbines terrestres. Sur les côtes de l’Île de la Réunion, EDF teste déjà le dispositif qui fournit quelque 150 kilowatts aux habitants. Mais il pourrait générer des quantités d’énergie bien plus importantes s’il était déployé sur de plus grandes surfaces.

Carnegie Wave veut faire du projet Australien une vitrine.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP