20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > L’île qui veut désaliniser l’eau de mer grâce aux vagues

L’île qui veut désaliniser l’eau de mer grâce aux vagues

Dernière mise à jour le mercredi 11 septembre 2013

Article paru
sur le site "Global local" - 01 septembre 2013
Visualiser l’article original


Une entreprise Australienne projette de construire une centrale de désalinisation auto-alimentée, grâce à l’énergie des vagues. Une technologie qui vient réaffirmer le potentiel mondial de l’énergie houlomotrice.

Désaller l’eau de mer et capter l’énergie des vagues : deux idées séduisantes, dont on entend parler depuis longtemps, mais qui peinent à se concrétiser... Pour la première, c’est le coût en énergie, trop élevé, qui semble faire obstacle au développement de centrales de désalinisation. Pour la seconde, c’est le rendement, trop faible, qui cantonne l’exploitation de l’énergie marine à un niveau encore trop anecdotique.

En Australie, l’entreprise Carnegie Wage Energy vient peut-être de trouver la solution. Elle projette d’ouvrir la première centrale de désalinisation entièrement alimentée… en captant l’énergie des vagues. Elle se dit capable de séparer l’eau du sel sans recourir à aucune autre source extérieure. Et de rendre l’île de Garden Island, où elle est installée, auto-suffisante en eau potable, mais aussi en électricité.

Baptisée « CETO », du nom de la divinité maritime grecque, la technologie brevetée fait appel à des flotteurs sous-marins mis en mouvement par l’énergie de la houle. Ceux-ci transmettent l’énergie dégagée à des pompes situées au fond de l’océan, qui alimentent des turbines terrestres. Sur les côtes de l’Île de la Réunion, EDF teste déjà le dispositif qui fournit quelque 150 kilowatts aux habitants. Mais il pourrait générer des quantités d’énergie bien plus importantes s’il était déployé sur de plus grandes surfaces.

Carnegie Wave veut faire du projet Australien une vitrine.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP