19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > L’impact des élevages de moules fait des vagues

L’impact des élevages de moules fait des vagues

Dernière mise à jour le vendredi 21 juin 2013

Article paru
sur le site "Ma ville" - 20 Juin 2013
Visualiser l’article original


Près de Saint-Coulomb et de Cancale, l’élevage des moules en filières fait débat. Même l’idée d’une expérimentation très limitée se heurte à de fortes résistances.

La polémique

Samedi, à 15 h, un rassemblement d’opposants aux projets d’élevages de moules sur filières se tiendra sur la plage Du Guesclin, à Saint-Coulomb, à l’appel de trois associations : ASLE (Association de sauvegarde du littoral et de l’environnement 35), ACEQV (Association de la côte d’Émeraude pour l’environnement et la qualité de vie), Addice (consommateurs de Cancale et des environs).

Une quatrième association, l’Apeme (Association Pays d’Émeraude mer environnement), a choisi une autre stratégie. Marie Feuvrier, présidente, et les membres de l’association ne sont pas « hostiles aux mytiliculteurs et au développement économique. Nous dénonçons les pratiques de ceux qui portent préjudice à leur profession, et à l’environnement. » L’association s’implique au sein d’un comité de concertation piloté par le sous-préfet de Saint-Malo, François Lobit. Comité qui s’est réuni en mars et en mai. Une nouvelle réunion est programmée en septembre, le temps de fournir de nouvelles réponses sur les études d’impact.

Trop de déchets incontrôlés

L’Apeme s’appuie sur des constats effectués en baie du Mont Saint-Michel : « Des petites moules de bouchots sont rejetées non concassées le long du chemin conchylicole. Elles attirent les goélands, fournissent un ancrage à l’espèce invasive des crépidules. Elles dégagent une odeur nauséabonde de décomposition lorsqu’il fait chaud. » Ensuite, les coquilles s’étalent en matériau peu hospitalier sur de vastes surfaces (photo). « Cette pollution s’ajoute aux 5 000 tonnes de moules sous taille rejetées à la mer annuellement et sans contrôle... », dénonce un militant de l’Apeme.

Quelle expérimentation ?

Devant la forte mobilisation populaire, le préfet avait retoqué deux projets d’élevages de moules « en filière », une technique (élevage sur cordes) qui diffère beaucoup de celle des bouchots (enroulement autour de pieux). Il avait convenu avec les opposants de la nécessité d’une étude d’impact. Le lancement d’une expérimentation à la demande du comité conchylicole de Bretagne Nord a relancé la polémique. Car ses détracteurs viennent de découvrir qu’on ne s’en tiendrait pas à quatre lignes de 100 mètres (tendues entre des bouées flottantes et subflottantes) sur près de vingt hectares.

« Cela ne peut pas permettre une évaluation scientifique sérieuse », estiment Marie Feuvrier et ses amis. Les noms de deux opérateurs privés, Quéma et Vettier, sont cités pour un projet de 285 ha et une production évaluée à 10 000 tonnes. « Pas question qu’il y ait de l’argent public », préviennent les membres de l’association. L’expérimentation a été chiffrée à 619 000 €.

Un site sensible

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP