25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > L’incroyable voyage des larves de coraux

L’incroyable voyage des larves de coraux

Dernière mise à jour le samedi 24 août 2013

Article paru
sur le site "Yahoo actualités" - 22 Août 2013
Visualiser l’article original


Des chercheurs ont modéliser les mouvements migratoires des larves de coraux. Certaines peuvent parcourir jusqu’à 9.000 km avant de former un récif.

Avant de se fixer sur les fonds marins, les coraux passent par une phase larvaire mobile (on parle de phase méduse, et de phase polype quand ils sont fixés). Des scientifiques anglais et américains viennent de publier une étude dans laquelle ils ont modélisé les mouvements migratoires des larves de coraux à travers le globe. Surprise, certains peuvent parcourir jusqu’à 9.000 km en une année.

À la merci des courantsLes coraux sont directement menacés par les activités humaines : réchauffement climatique, pollution et surpêche affectent les écosystèmes marins, dont les coraux sont un maillon essentiel. Les scientifiques supposent que pour survivre à des conditions défavorables, les coraux migrent vers des eaux plus clémentes. Sally Wood, co-auteur de l’étude, explique : "La dispersion est un processus extrêmement important. Les coraux sont fixés au plancher océanique à l’âge adulte, le seul moyen pour eux d’échapper à des environnements dangereux ou de repeupler des récifs endommagés est de lâcher leur progéniture à la merci des courants océaniques".

Simulation informatique

L’étude, publiée dans la revue Global Ecology and Biogeography, est la première du genre. Il est en effet impossible de suivre à la trace ces minuscules larves, de l’ordre du millimètre. C’est pourquoi les chercheurs se sont tournés vers le modèle informatique du Dr. Claire Paris, qui a déjà fait ses preuves en 2011 pour relier la dispersion géographique des coraux à leur diversité génétique.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP