21 juin : Coquillages en rade de Brest. Le point sur les interdictions en cours 9 juin : Manche : il n’y aura pas de moules de Barfleur cet été 29 mai : Moules Mystérieuse hécatombe en rade de Brest12 mai : Rade de Brest. Les daurades royales repassent à l’attaque
Accueil > Actualités de la mer > L’océanographe Michel Glémarec dénonce l’extraction de sable

L’océanographe Michel Glémarec dénonce l’extraction de sable

Dernière mise à jour le mercredi 24 juin 2015

Article paru
sur le site "OuestFrance" - 24 mars 2015
Visualiser l’article original



Atteinte à l’intégrité de l’habitat

« En tant que personnalité qualifiée nommée à la commission mer du comité économique et social de Bretagne (Ceser) durant de longues années, nous avons eu avec mes collègues à définir la mer littorale. Celle-ci est limitée à 12 milles en mer. » L’océanographe est formel : « Dans cette zone, toute activité de type industriel ne peut être que sévèrement réglementée, voire prohibée dans la mesure où elle porte atteinte à l’intégrité de l’habitat. »

Pour étayer son propos, il avance des données scientifiques, extraites des cahiers d’habitats côtiers Natura 2000, 2004. « Il s’agit de sables moyens dunaires. Mettre en place des processus de contrôle est illusoire sur ce type de substrat. La faune peut y être éparpillée ou, au contraire, très concentrée en bancs monospécifiques, très localisés et variables dans le temps, en fonction de recrutements effectués de façon aléatoire d’une année sur l’autre. »

Le lançon en danger

Michel Glémarec revient au cas précis de la baie de Lannion : « L’habitat ne peut être que difficilement défendu au seul titre de la biodiversité. L’argument économique mérite pleinement d’être mis en oeuvre, à savoir le maintien d’abondantes populations de lançon. Cette espèce est utilisée comme proie par des poissons carnivores de caractère noble exploités sur les dunes : turbot, bar, lieu jaune... »

Le spécialiste rappelle en outre : « Le lançon est capturé par de petits chaluts adaptés qui ne modifient en rien la qualité de ce type d’habitat. Ce petit poisson sert ainsi d’appât d’une part pour les palangriers de la pêche côtière basés à Primel, Roscoff, et d’autre part pour les plaisanciers amateurs de bars. »

Impact économique

Michel Glémarec conclut son propos de manière économique : « Comptabiliser en termes économiques ce que représente cette double population de professionnels et de plaisanciers est relativement facile ».

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP