17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres
Accueil > Actualités de la mer > L’océanographe Michel Glémarec dénonce l’extraction de sable

L’océanographe Michel Glémarec dénonce l’extraction de sable

Dernière mise à jour le mercredi 24 juin 2015

Article paru
sur le site "OuestFrance" - 24 mars 2015
Visualiser l’article original



Atteinte à l’intégrité de l’habitat

« En tant que personnalité qualifiée nommée à la commission mer du comité économique et social de Bretagne (Ceser) durant de longues années, nous avons eu avec mes collègues à définir la mer littorale. Celle-ci est limitée à 12 milles en mer. » L’océanographe est formel : « Dans cette zone, toute activité de type industriel ne peut être que sévèrement réglementée, voire prohibée dans la mesure où elle porte atteinte à l’intégrité de l’habitat. »

Pour étayer son propos, il avance des données scientifiques, extraites des cahiers d’habitats côtiers Natura 2000, 2004. « Il s’agit de sables moyens dunaires. Mettre en place des processus de contrôle est illusoire sur ce type de substrat. La faune peut y être éparpillée ou, au contraire, très concentrée en bancs monospécifiques, très localisés et variables dans le temps, en fonction de recrutements effectués de façon aléatoire d’une année sur l’autre. »

Le lançon en danger

Michel Glémarec revient au cas précis de la baie de Lannion : « L’habitat ne peut être que difficilement défendu au seul titre de la biodiversité. L’argument économique mérite pleinement d’être mis en oeuvre, à savoir le maintien d’abondantes populations de lançon. Cette espèce est utilisée comme proie par des poissons carnivores de caractère noble exploités sur les dunes : turbot, bar, lieu jaune... »

Le spécialiste rappelle en outre : « Le lançon est capturé par de petits chaluts adaptés qui ne modifient en rien la qualité de ce type d’habitat. Ce petit poisson sert ainsi d’appât d’une part pour les palangriers de la pêche côtière basés à Primel, Roscoff, et d’autre part pour les plaisanciers amateurs de bars. »

Impact économique

Michel Glémarec conclut son propos de manière économique : « Comptabiliser en termes économiques ce que représente cette double population de professionnels et de plaisanciers est relativement facile ».

.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP