18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > La Colombie-Britannique a une nouvelle palourde

La Colombie-Britannique a une nouvelle palourde

Dernière mise à jour le samedi 29 novembre 2014

Article paru
sur le site "Radio canada" - 27 Novembre 2014
Visualiser l’article original



Le musée royal de la Colombie-Britannique a découvert l’existence d’une nouvelle espèce de palourde vivant par 1000 mètres de profondeur au large des côtes du nord-ouest de l’île de Vancouver.

La nouvelle espèce a récemment été repérée par la conservatrice du musée responsable des invertébrés, Melissa Frey, parmi des spécimens récoltés par le ministère des Pêches et des Océans au large du détroit de Quatsino en 2004.

Les projections courbées inhabituelles sur le bord de la coquille indiquaient qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce.

« Après vérification, il ne semblait pas y avoir d’espèce semblable provenant de cette côte dans la littérature taxonomique existante, ce qui laissait entendre qu’il s’agissait d’une nouvelle espèce pour la science », explique Melissa Frey.

D’autres éléments ont aussi été relevés par Graham Oliver, un expert en bivalves du Musée national de Galles. M. Oliver et Melissa Frey ont copublié un article dans un récent numéro du journal Zootaxa pour annoncer la découverte de la nouvelle espèce.

La découverte d’une nouvelle espèce dans la collection du Musée souligne l’importance des millions de spécimens qui sont récoltés et déposés dans les musées pour y être entreposés de façon sécuritaire, soutient le Musée royal de la Colombie-Britannique par voie de communiqué.

Ces spécimens peuvent rester dans les tiroirs pendant plusieurs années avant qu’un expert s’y intéresse, car des millions de spécimens sont récoltés et il y a un nombre limité d’experts.

L’attente en vaut la peine selon Melissa Frey. « Caché au sein de nos collections il y a des occasions de découvertes [...] et même de nouvelles espèces, explique-t-elle. En fin de compte, ces collections nous permettent de mieux comprendre et protéger l’incroyable diversité d’êtres vivants qui habitent nos océans. »

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP