11 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > La Croatie rejoint la famille

La Croatie rejoint la famille

Dernière mise à jour le lundi 29 décembre 2014

Article paru
sur le site "Commission Européenne" - Décembre 2014
Visualiser l’article original


Janvier 2014

Depuis le 1er juillet, la République de Croatie est membre de l’Union européenne. Précédant de peu l’entrée en vigueur de la nouvelle politique commune de la pêche, cette adhésion offre au pays une excellente occasion de renforcer la durabilité de son secteur de la pêche, de consolider son industrie, et de la rendre plus compétitive sur le marché international. L’adhésion facilitera les échanges commerciaux et la mobilité au sein de l’Union européenne et ouvrira l’accès aux subventions et à l’assistance technique.

Située à l’extrême pointe septentrionale de la Méditerranée, la Croatie possède littoral le plus long et le plus diversifié d’Europe et celui-ci s’étend de la péninsule d’Istrie au Nord au golfe de Kotor au Sud. Il n’est pas étonnant que les traditions et les pratiques maritimes de la Croatie soient intimement liées à son patrimoine culturel.

Le secteur national est diversifié, composé principalement de petites pêcheries, et son importance économique est considérable.

La pêche ne fait pas exception. Le secteur national est diversifié, composé principalement de petites pêcheries, et son importance économique est considérable : la pêche de capture, la pisciculture et la transformation occupent quelque 14 000 personnes, et le reste du secteur(1) compte 10 000 travailleurs supplémentaires.

Le secteur de la pêche permet à l’économie de bénéficier d’une balance commerciale extérieure positive(2). La Croatie importe des espèces bon marché comme le hareng, et exporte des espèces coûteuses telles que le thon rouge, directement exporté vers le Japon.

Des navires artisanaux de moins de douze mètres de long composent la majeure partie de la flotte de pêche de la Croatie, et ceux-ci utilisent des engins de pêche de taille réduite pour leurs activités de pêche côtière. En 2011, les senneurs représentaient environ 90 % de la flotte, alors que les chalutiers assuraient 6 % des captures totales, soit 70 535 tonnes(3).

La surpêche préoccupe également la Croatie et des adaptations seront nécessaires dans l’optique de la réforme de la politique commune de la pêche et pour garantir le respect de l’engagement global de l’Union européenne en matière de durabilité. Dans ce but, la Croatie bénéficiera d’un régime de transition. De surcroît, le nouveau plan de financement, opérationnel dès le 1er janvier 2014, facilitera particulièrement l’élimination progressive des pratiques de pêche insoutenables.

Du fait de l’adhésion, la totalité des subventions actuelles et à venir pourra être consacrée à l’aquaculture, un domaine à part entière et indispensable, de nos jours, à l’approvisionnement durable en produits de la mer.

De fait, le climat et les eaux côtières et intérieures d’une propreté exceptionnelle garantissent à la Croatie des conditions excellentes pour l’aquaculture marine et d’eau douce.

De fait, le climat et les eaux côtières et intérieures d’une propreté exceptionnelle garantissent à la Croatie des conditions excellentes pour l’aquaculture marine et d’eau douce. Aussi les deux secteurs ont-ils tout intérêt à s’équiper des nouvelles technologies, à développer de nouveaux produits, et à adopter des méthodes de marketing comme un étiquetage approprié et une stratégie de marques pour la gamme des produits de luxe. Le financement de l’Union européenne favorisera l’augmentation de la production dans les domaines clés de la pisciculture, tels que l’élevage du bar européen et de la dorade royale, dans lesquels la Croatie bénéficie de méthodes artisanales et d’un savoir-faire anciens.

Plus d’un millier d’îles et une mer dont la température estivale atteint 25 degrés font de la Croatie une destination privilégiée des touristes. La dimension économique de ce secteur est considérable et compte pour 26,5 % du PIB national (d’après le Conseil mondial du tourisme et des voyages, ce chiffre augmentera de 4,9 % par an). Le tourisme côtier et les croisières sont déterminants et la majorité des vacanciers séjournent dans les cités balnéaires. Mais le transport de passagers par bac, la navigation à courte distance, la navigation de plaisance et les ports de plaisance ne sont pas en reste et leurs perspectives sont rassurantes, grâce à une bonne planification et à des investissements adéquats. Et tel est précisément l’objectif de la stratégie « croissance bleue » et de sa source de financement – le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche.

Dans l’ensemble, le soutien de l’Union européenne favorisera non seulement la modernisation du secteur de la pêche, mais aussi et surtout, il stimulera l’économie maritime dans son ensemble. Les traditions artisanales et l’expertise de la Croatie, associées aux incidences positives de son adhésion à l’Union européenne, permettront au pays de se focaliser sur la durabilité et de bénéficier du meilleur atout concurrentiel auquel un pays est en droit d’aspirer au XXIème siècle : une croissance harmonieuse et durable.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP