22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > La Grande Barrière de corail bientôt débarrassée des déchets de (...)

La Grande Barrière de corail bientôt débarrassée des déchets de dragage

Dernière mise à jour le mardi 27 janvier 2015

Article paru
sur le site "Le Monde Planète" - 24 Janvier 2015
Visualiser l’article original



L’Australie a annoncé, samedi 24 janvier, la prochaine interdiction du déversement des déchets de dragage dans le parc marin de la Grande Barrière de corail, dans l’espoir d’éviter l’inscription du site sur la liste du patrimoine naturel mondial « en danger ». Le ministre de l’environnement, Greg Hunt, a précisé samedi qu’il avait ordonné à l’Autorité du parc de la Grande Barrière de corail d’élaborer des règles qui permettent de mettre un terme « une fois pour toutes » à cette pratique. L’interdiction devra être soumise à une consultation publique et pourrait être définitivement approuvée mi-mars.

Qu’est-ce qu’un déchet de dragage ?

« Nous mettons un terme à une pratique séculaire de rejet dans le parc marin », a déclaré le ministre australien. Il visait les déchets produits par l’élargissement des chenaux, mouillages et marinas pour permettre le passage des bateaux. Selon les écologistes, le déversement de ces déchets endommage le site en asphyxiant les coraux et les algues, qui constituent la plus grande formation vivante au monde, et en les exposant à des polluants.

La pression de l’Unesco

En 2013, l’Unesco s’était inquiétée des menaces croissantes de dégradations sur la Grande Barrière, inscrite depuis 1981 au patrimoine mondial de l’humanité. Elle menace de la placer sur la liste du patrimoine en péril mais a donné à Canberra jusqu’au 1er février pour agir.

En janvier 2014, le gouvernement australien avait approuvé l’arrivée de déchets de dragage dans les eaux du parc en provenance des travaux d’extension d’un port d’exportation de charbon. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) avait regretté « un jour triste pour la Barrière et tous ceux qui se préoccupent de son avenir ».

Lire l’entretien avec David Camroux, chercheur franco-australien à Sciences Po : « L’Australie sacrifie de plus en plus l’environnement au profit de l’économie »

Mais mi-septembre, le gouvernement australien avait présenté l’ébauche d’un plan d’action sur trente-cinq ans, proposant notamment une meilleure coordination des pouvoirs publics ainsi que l’interdiction dans certaines zones de nouvelles activités portuaires ou de dragage. « Les Australiens sont fiers de la Barrière qui demeure l’une des plus grandes merveilles naturelles au monde, a déclaré le ministre de l’environnement. Nous sommes déterminés à protéger et gérer la Grande Barrière, pas seulement pour les prochaines décennies, mais pour les prochains siècles. »

La Grande Barrière souffre déjà du changement climatique

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP