13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > La Manche sur un sous-marin à pédales

La Manche sur un sous-marin à pédales

Dernière mise à jour le dimanche 21 avril 2013

Article paru
sur le site "Figaro Nautisme" - xx Avril 2013
Visualiser l’article original


Deux ingénieurs, Antoine Delafargue et Michael de Lagarde, préparent une traversée de Plymouth à Saint-Malo avec un sous-marin à propulsion humaine. Il s’agit à la fois de réaliser un défi sportif et de revenir avec des relevés scientifiques.

« J’ai toujours été passionné par le monde sous-marin, commence Antoine Delafargue. Depuis tout petit, je rêvais de construire mon sous-marin. » Le jeune homme a donc étudié la question pendant quatre ans, de 2006 à 2010. C’est finalement l’entreprise Marlin Submarines qui lui a permis de concrétiser ce projet en réalisant les études d’ingénierie détaillée et la fabrication à prix coûtant de l’embarcation. « L’intérieur est en acier pour résister à la pression. Pour vous faire une idée de l’environnement sous-marin, ouvrir une porte sous l’eau c’est comme soulever un 36 tonnes, détaille Antoine Delafargue. L’extérieur est en fibre de verre pour optimiser le déplacement. » A l’intérieur de la cabine, les deux ingénieurs disposeront de deux postes de pédalage, l’un concentré sur la puissance et l’autre sur la navigation. « Nous comptons sur 8 à 12 heures d’effort, par jour et par personne, pendant cinq jours, précise Michael de Lagarde. Pour arriver au bout de cette traversée, nous nous entraînons assidument, sur la longue durée mais pas forcément à haute puissance. » Antoine Delafargue utilise ainsi un kayak à pédales qui demande une puissance proche de celle du sous-marin. Ce dernier devrait entrer en phase de test au début de l’année 2014 afin de commencer la traversée à l’été.

Le sous-marin évoluera à 2/3 mètres du fond pour explorer la Manche dans ses zones profondes et méconnues, en partenariat avec le Cresco (Centre de recherche, d’enseignement et de culture scientifique sur les systèmes côtiers, basé à Dinard). « Nous pourrons capturer des images en continu sur 250 kilomètres », avance Michael de Lagarde. Il s’agira de partager ces images avec les chercheurs mais aussi avec le grand public.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP