20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > La Manche sur un sous-marin à pédales

La Manche sur un sous-marin à pédales

Dernière mise à jour le dimanche 21 avril 2013

Article paru
sur le site "Figaro Nautisme" - xx Avril 2013
Visualiser l’article original


Deux ingénieurs, Antoine Delafargue et Michael de Lagarde, préparent une traversée de Plymouth à Saint-Malo avec un sous-marin à propulsion humaine. Il s’agit à la fois de réaliser un défi sportif et de revenir avec des relevés scientifiques.

« J’ai toujours été passionné par le monde sous-marin, commence Antoine Delafargue. Depuis tout petit, je rêvais de construire mon sous-marin. » Le jeune homme a donc étudié la question pendant quatre ans, de 2006 à 2010. C’est finalement l’entreprise Marlin Submarines qui lui a permis de concrétiser ce projet en réalisant les études d’ingénierie détaillée et la fabrication à prix coûtant de l’embarcation. « L’intérieur est en acier pour résister à la pression. Pour vous faire une idée de l’environnement sous-marin, ouvrir une porte sous l’eau c’est comme soulever un 36 tonnes, détaille Antoine Delafargue. L’extérieur est en fibre de verre pour optimiser le déplacement. » A l’intérieur de la cabine, les deux ingénieurs disposeront de deux postes de pédalage, l’un concentré sur la puissance et l’autre sur la navigation. « Nous comptons sur 8 à 12 heures d’effort, par jour et par personne, pendant cinq jours, précise Michael de Lagarde. Pour arriver au bout de cette traversée, nous nous entraînons assidument, sur la longue durée mais pas forcément à haute puissance. » Antoine Delafargue utilise ainsi un kayak à pédales qui demande une puissance proche de celle du sous-marin. Ce dernier devrait entrer en phase de test au début de l’année 2014 afin de commencer la traversée à l’été.

Le sous-marin évoluera à 2/3 mètres du fond pour explorer la Manche dans ses zones profondes et méconnues, en partenariat avec le Cresco (Centre de recherche, d’enseignement et de culture scientifique sur les systèmes côtiers, basé à Dinard). « Nous pourrons capturer des images en continu sur 250 kilomètres », avance Michael de Lagarde. Il s’agira de partager ces images avec les chercheurs mais aussi avec le grand public.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP