21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français
Accueil > Actualités de la mer > La Manche sur un sous-marin à pédales

La Manche sur un sous-marin à pédales

Dernière mise à jour le dimanche 21 avril 2013

Article paru
sur le site "Figaro Nautisme" - xx Avril 2013
Visualiser l’article original


Deux ingénieurs, Antoine Delafargue et Michael de Lagarde, préparent une traversée de Plymouth à Saint-Malo avec un sous-marin à propulsion humaine. Il s’agit à la fois de réaliser un défi sportif et de revenir avec des relevés scientifiques.

« J’ai toujours été passionné par le monde sous-marin, commence Antoine Delafargue. Depuis tout petit, je rêvais de construire mon sous-marin. » Le jeune homme a donc étudié la question pendant quatre ans, de 2006 à 2010. C’est finalement l’entreprise Marlin Submarines qui lui a permis de concrétiser ce projet en réalisant les études d’ingénierie détaillée et la fabrication à prix coûtant de l’embarcation. « L’intérieur est en acier pour résister à la pression. Pour vous faire une idée de l’environnement sous-marin, ouvrir une porte sous l’eau c’est comme soulever un 36 tonnes, détaille Antoine Delafargue. L’extérieur est en fibre de verre pour optimiser le déplacement. » A l’intérieur de la cabine, les deux ingénieurs disposeront de deux postes de pédalage, l’un concentré sur la puissance et l’autre sur la navigation. « Nous comptons sur 8 à 12 heures d’effort, par jour et par personne, pendant cinq jours, précise Michael de Lagarde. Pour arriver au bout de cette traversée, nous nous entraînons assidument, sur la longue durée mais pas forcément à haute puissance. » Antoine Delafargue utilise ainsi un kayak à pédales qui demande une puissance proche de celle du sous-marin. Ce dernier devrait entrer en phase de test au début de l’année 2014 afin de commencer la traversée à l’été.

Le sous-marin évoluera à 2/3 mètres du fond pour explorer la Manche dans ses zones profondes et méconnues, en partenariat avec le Cresco (Centre de recherche, d’enseignement et de culture scientifique sur les systèmes côtiers, basé à Dinard). « Nous pourrons capturer des images en continu sur 250 kilomètres », avance Michael de Lagarde. Il s’agira de partager ces images avec les chercheurs mais aussi avec le grand public.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP