http://www.lesechos.fr/ ]" - 02 Janvier 2013 Visualiser l’article original Par Philippe Legueltel Des (...)" />

21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"10 août : Requin-pèlerin. Toujours bien mystérieux9 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"8 août : Le Chili devient le premier pays d’Amérique latine à interdire les sacs en plastique8 août : Alimentation. Manger des algues n’est pas si bon pour la santé
Accueil > Actualités de la mer > La Saint-Jacques au coeur d’une nouvelle guerre franco-britannique

La Saint-Jacques au coeur d’une nouvelle guerre franco-britannique

Dernière mise à jour le jeudi 3 janvier 2013

Article paru
sur le site "Les échos->http://www.lesechos.fr/
]" - 02 Janvier 2013
Visualiser l’article original
Par Philippe Legueltel


Des chalutiers venus de Grande-Bretagne perturbent la pêche à la coquille Saint-Jacques en baie de Seine. Certains ne respectent pas la réglementation. Le stock de coquilles n’a jamais été aussi important.
Le chalutier, un navire de 32 mètres, immatriculé en Ecosse, est toujours à quai, derrière les écluses du port de Ouistreham (Calvados). Pris en flagrant délit de pêche illégale (sans journal de bord et sans émission radio), selon la réglementation européenne, en septembre dernier, il détenait à son bord 14 tonnes de coquilles Saint-Jacques vivantes. Contrairement à d’autres, celui-ci n’a pas souhaité payer la caution. Saisi, il est donc en attente de jugement, prévu en janvier 2013.

« Comme cette année, la ressource commune est abondante en baie de Seine, ils s’invitent à la table sans aucune retenue », constate Richard Brouzes, directeur de l’OPBN (Organisation des producteurs de Basse-Normandie). Venus de Grande-Bretagne, ces bateaux sont de plus en plus nombreux dans cette zone de pêche, particulièrement prisée car elle déborde de la bande côtière de 12 miles sous souveraineté française. Ils font du coup l’objet d’une attention particulière des autorités françaises. « Nous n’avons pas les mêmes contraintes, comme le maillage des filets ou le nombre de jours de mer. De plus, pour préserver la ressource, nous ne pêchons pas de mai à octobre. Pas eux », poursuit le directeur.

Face aux nombreuses différences, des discussions entre professionnels des deux pays (préférables à des négociations entre Etats, plus longues) sont espérées. Reste à obtenir, en préalable, une position commune aux différentes zones de pêche françaises pour parler d’une seule voix. « Nous demandons à ce que le droit communautaire puisse être équitable. Cette situation pénalise la pêche artisanale bas-normande, qui fait face à de graves difficultés », s’inquiètent Laurent Beauvais, président PS de la région Basse-Normandie et Stéphane Travert, député PS de la Manche et conseiller régional en charge des politiques maritimes et de la pêche.
Une activité capitale pour les pêcheurs français

Pour les pêcheurs français, cette activité est capitale : la ressource se trouve proche des côtes et les bateaux utilisent moins de carburant, ce qui améliore la rentabilité des sorties en mer. Cette activité représente un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros, faisant travailler 200 bateaux (140 bas-normands ; 50 venus de Haute-Normandie et une dizaine du Pas-de-Calais).

Selon l’Ifremer, le stock de ces « pectem maximus » âgées de plus de deux ans et ouvertes à la pêche en baie de Seine serait même jusqu’à 50 % supérieur aux meilleures années. Cette zone s’étend au large du Calvados et à l’est du Cotentin, sous une ligne allant du Havre à Saint-Vaast-la-Hougue. Ouverte depuis novembre et jusqu’en mars, cette pêcherie est très protégée. C’est là que les plus grosses densités sont constatées, avec une coquille dont la croissance est plus rapide qu’ailleurs.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP