10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > La bactérie vibrio aestuarianus, une menace pour les huîtres

La bactérie vibrio aestuarianus, une menace pour les huîtres

Dernière mise à jour le mardi 6 août 2013

Article paru
sur le site "Ouestfrance_entreprises" - 01 Août 2013
Visualiser l’article original


Cette bactérie au nom barbare est en cause. Après les juvéniles, les ostréiculteurs voient leurs huîtres adultes mourir. De la Bretagne à la Méditerranée, tout le monde est, plus ou moins, touché. La filière ostréicole française doit faire face à une nouvelle crise. Le phénomène touche surtout le bassin d’Arcachon. « De notre côté, nous avons quelques cas qui nous inquiètent, mais ils sont isolés », indique Florence Bouris-Madec, secrétaire générale du comité régional de conchyliculture de Bretagne nord.
Une surmortalité anormale

La mortalité des huîtres juvéniles est apparue en 2008, en raison de la présence d’un herpès virus. Celle des adultes est apparue l’année dernière, en Bretagne. En cause : une bactérie mortelle, vibrio aestuarianus, dont la prolifération pourrait être due à l’élévation de la température, après un printemps froid. « La nouveauté, c’est que les huîtres meurent dans les parcs, en mer, sans même avoir été manipulées pour aller en bassin », s’inquiète Florence Bouris-Madec.

L’Institut français pour l’exploitation de la mer (Ifremer) a prélevé des échantillons dans l’étang de Thau, sur la Méditerranée, au lac d’Hossegor (Landes), à Arcachon (Gironde), en Charente-Maritime, en Bretagne nord et en Normandie. « Les taux de mortalité vont de 15 % à 65 % sur certains lots », rapporte Tristan Renault, responsable de l’unité Santé, génétique et microbiologie des mollusques à l’Ifremer. « Cela touche essentiellement les huîtres issues d’écloseries, avec de 50 à 80 % de taux de mortalité, alors que les huîtres naturelles sont touchées dans une moindre mesure, avec des taux de 8 à 10 % », constate Olivier Laban, président de la Section régionale conchylicole (SRC) Arcachon-Aquitaine.

En Bretagne nord, des déclarations de pertes ont été faites en baie de Cancale (Ille-et-Vilaine) et en baie de Morlaix (Finistère). Mais pratiquement aucune en baie de Paimpol (Côtes-d’Armor), la plus grosse zone de production de la région. « Ce qui ne veut pas dire qu’ils sont épargnés, relève Florence Bouris-Madec. La période est plus creuse en été, les ostréiculteurs vont donc moins sur leur stock commercialisable. »

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP