13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie
Accueil > Actualités de la mer > La crépidule veut envahir le monde

La crépidule veut envahir le monde

Dernière mise à jour le mercredi 11 décembre 2013

Article paru
sur le site "20 Minutes" - 10 Décembre 2013
Visualiser l’article original



Environnement Réputé nuisible, le coquillage pourrait être commercialisé dans l’alimentaire

ACancale, cela fait plus de 20 ans qu’on entend parler de la crépidule. Ce coquillage invasif tapisse la baie du Mont Saint-Michel, menaçant les élevages d’huîtres et de moules. « On en remonte 15 tonnes à chaque sortie. On pourrait y aller tous les jours, on en aurait toujours autant », témoigne Jean-François. Depuis un an et demi, ce marin travaille sur le Papy, la seule barge ostréicole spécialisée dans la crépidule. Mais inutile de chercher, vous ne trouverez pas une seule crépidule sur les étals des poissonniers.

Viser le marché asiatique

« Ça se mange pourtant. Mais personne n’en veut », poursuit le marin. Perçu comme nuisible, le coquillage ne séduit pas grand monde. D’autant qu’il était jusqu’ici très difficile de séparer la chair de son imposante coquille. « C’est désormais possible. On a créé un process industriel qui permet de valoriser la coquille et la chair », explique Pierrick Clément.

Cet entrepreneur de Cancale travaille depuis cinq ans à la valorisation du coquillage. Aidé par les collectivités, il a bâti une usine où sont transformées les crépidules. « La coque nous sert à faire des pavés drainants pour la voirie. Et la chair, on aimerait la valoriser à l’export », poursuit Pierrick Clément. L’entrepreneur vise notamment le marché asiatique où les produits de la mer ont bonne réputation. « Des grands chefs américains, japonais et chinois ont goûté et ils approuvent ! », assure le Cancalais. Chef au Vivier-sur-Mer, Stéphane Gesbet confirme. « On peut s’éclater avec la crépidule. La faire fumer ou sécher pour le marché asiatique. En faire des mousses ou des pâtés », explique le cuisinier. Mais le marché des grands restaurants ne sera pas suffisant pour assurer la rentabilité de l’usine de transformation de Cancale. « Il nous faut du volume, viser le grand public. Mais pour cela, il faut changer son image de nuisible », avance Pierrick Clément. Une mission qui passe d’abord par un changement de nom. « Aujourd’hui, elle a mauvaise réputation », assure le maire de Cancale Pierre-Yves Mahieu.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP