22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite »
Accueil > Actualités de la mer > La crépidule veut envahir le monde

La crépidule veut envahir le monde

Dernière mise à jour le mercredi 11 décembre 2013

Article paru
sur le site "20 Minutes" - 10 Décembre 2013
Visualiser l’article original



Environnement Réputé nuisible, le coquillage pourrait être commercialisé dans l’alimentaire

ACancale, cela fait plus de 20 ans qu’on entend parler de la crépidule. Ce coquillage invasif tapisse la baie du Mont Saint-Michel, menaçant les élevages d’huîtres et de moules. « On en remonte 15 tonnes à chaque sortie. On pourrait y aller tous les jours, on en aurait toujours autant », témoigne Jean-François. Depuis un an et demi, ce marin travaille sur le Papy, la seule barge ostréicole spécialisée dans la crépidule. Mais inutile de chercher, vous ne trouverez pas une seule crépidule sur les étals des poissonniers.

Viser le marché asiatique

« Ça se mange pourtant. Mais personne n’en veut », poursuit le marin. Perçu comme nuisible, le coquillage ne séduit pas grand monde. D’autant qu’il était jusqu’ici très difficile de séparer la chair de son imposante coquille. « C’est désormais possible. On a créé un process industriel qui permet de valoriser la coquille et la chair », explique Pierrick Clément.

Cet entrepreneur de Cancale travaille depuis cinq ans à la valorisation du coquillage. Aidé par les collectivités, il a bâti une usine où sont transformées les crépidules. « La coque nous sert à faire des pavés drainants pour la voirie. Et la chair, on aimerait la valoriser à l’export », poursuit Pierrick Clément. L’entrepreneur vise notamment le marché asiatique où les produits de la mer ont bonne réputation. « Des grands chefs américains, japonais et chinois ont goûté et ils approuvent ! », assure le Cancalais. Chef au Vivier-sur-Mer, Stéphane Gesbet confirme. « On peut s’éclater avec la crépidule. La faire fumer ou sécher pour le marché asiatique. En faire des mousses ou des pâtés », explique le cuisinier. Mais le marché des grands restaurants ne sera pas suffisant pour assurer la rentabilité de l’usine de transformation de Cancale. « Il nous faut du volume, viser le grand public. Mais pour cela, il faut changer son image de nuisible », avance Pierrick Clément. Une mission qui passe d’abord par un changement de nom. « Aujourd’hui, elle a mauvaise réputation », assure le maire de Cancale Pierre-Yves Mahieu.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP