24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers
Accueil > Actualités de la mer > La crépidule veut envahir le monde

La crépidule veut envahir le monde

Dernière mise à jour le mercredi 11 décembre 2013

Article paru
sur le site "20 Minutes" - 10 Décembre 2013
Visualiser l’article original



Environnement Réputé nuisible, le coquillage pourrait être commercialisé dans l’alimentaire

ACancale, cela fait plus de 20 ans qu’on entend parler de la crépidule. Ce coquillage invasif tapisse la baie du Mont Saint-Michel, menaçant les élevages d’huîtres et de moules. « On en remonte 15 tonnes à chaque sortie. On pourrait y aller tous les jours, on en aurait toujours autant », témoigne Jean-François. Depuis un an et demi, ce marin travaille sur le Papy, la seule barge ostréicole spécialisée dans la crépidule. Mais inutile de chercher, vous ne trouverez pas une seule crépidule sur les étals des poissonniers.

Viser le marché asiatique

« Ça se mange pourtant. Mais personne n’en veut », poursuit le marin. Perçu comme nuisible, le coquillage ne séduit pas grand monde. D’autant qu’il était jusqu’ici très difficile de séparer la chair de son imposante coquille. « C’est désormais possible. On a créé un process industriel qui permet de valoriser la coquille et la chair », explique Pierrick Clément.

Cet entrepreneur de Cancale travaille depuis cinq ans à la valorisation du coquillage. Aidé par les collectivités, il a bâti une usine où sont transformées les crépidules. « La coque nous sert à faire des pavés drainants pour la voirie. Et la chair, on aimerait la valoriser à l’export », poursuit Pierrick Clément. L’entrepreneur vise notamment le marché asiatique où les produits de la mer ont bonne réputation. « Des grands chefs américains, japonais et chinois ont goûté et ils approuvent ! », assure le Cancalais. Chef au Vivier-sur-Mer, Stéphane Gesbet confirme. « On peut s’éclater avec la crépidule. La faire fumer ou sécher pour le marché asiatique. En faire des mousses ou des pâtés », explique le cuisinier. Mais le marché des grands restaurants ne sera pas suffisant pour assurer la rentabilité de l’usine de transformation de Cancale. « Il nous faut du volume, viser le grand public. Mais pour cela, il faut changer son image de nuisible », avance Pierrick Clément. Une mission qui passe d’abord par un changement de nom. « Aujourd’hui, elle a mauvaise réputation », assure le maire de Cancale Pierre-Yves Mahieu.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP