18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche
Accueil > Actualités de la mer > La filière d’ingénieurs Energies Marines Renouvelables fait sa rentrée à (...)

La filière d’ingénieurs Energies Marines Renouvelables fait sa rentrée à Brest

Dernière mise à jour le lundi 30 septembre 2013

Article paru
sur le site "FR3 Bretagne" - 27 septembre 2013
Visualiser l’article original



C’est une toute nouvelle promotion qui voit le jour : la seule en France consacrée aux énergies marines renouvelables. Et c’est à Brest, où se mène le projet hydrolien, que cela se passe.
C’est la seule formation française d’ingénieurs dédiée aux énergies marines renouvelables (EMR) qui a fait sa rentrée cette semaine à Brest. Bien que la filière soit encore émergente, les étudiants pionniers se montrent confiants. "Je ne suis pas trop inquiet pour mon avenir", assure Valère Combescot, 25 ans, jeune diplômé de l’Institut national des sciences appliquées (INSA) de Lyon. Comme onze autres étudiants, il vient d’intégrer le master spécialisé en EMR, au niveau bac+6, piloté par l’ENSTA Bretagne, l’Ecole Nationale supérieure de Techniques Avancées, en partenariat avec l’Ecole navale et l’école d’ingénieurs Telecom Bretagne.

Pauline Beltrando, 22 ans, diplôme d’ingénieur de l’Université de technologie de Compiègne (UTC) en poche, acquiesce : "On s’oriente de plus en plus vers les énergies renouvelables". "On se lance dans une filière émergente, ça fait un peu peur", avoue cependant Sarah Asdar, 24 ans, tout juste diplômée en physique océanographique et passionnée depuis "toujours" par la mer.

Avec d’autres "anciens" de la formation, Céline Dam Hieu, issue de la dernière promotion, est venue parler de son expérience. Elle vient d’obtenir un CDD chez EDF Energies Nouvelles, filiale dédiée aux énergies renouvelables du géant électrique. Un contrat qui prendra fin en décembre si l’entreprise n’est pas lauréate du deuxième appel d’offres dans l’éolien en mer.

Si vous êtes mobiles, partez à l’étranger

La jeune fille de 24 ans, qui outre le master EMR a un double diplôme d’ingénieur en génie de l’eau et de l’environnement, dit avoir "bon espoir qu’il y ait plus d’embauches avec le temps". "Le développement de la filière dépend en grande partie des choix du gouvernement", estime-t-elle, au moment où les industriels plaident pour une accélération du développement de ces énergies, éolien posé ou flottant, hydroliennes, énergies thermique des mers, encore à un stade embryonnaires en France. François Hollande doit lancer, probablement lundi, un appel à projets, très attendu par les industriels de la filière, pour des parcs pilotes d’hydroliennes au large des côtes françaises.

Au terme de son stage de fin d’année, Wilfried Bourdon, 40 ans, vient d’être embauché par DCNS. Interrogé pour savoir si le constructeur naval recrutait beaucoup dans les énergies marines, il répond sans hésitation : "non, concrètement, non". "Il suffirait que l’Etat donne un calendrier de développement pour redonner des perspectives aux industriels qui recommenceraient alors à investir et donc à embaucher", juge Wilfried, pendant longtemps chez l’électronicien Sagem (désormais Safran).

"Si vous êtes mobiles, partez à l’étranger", conseille Philippe Aurières à la nouvelle promotion.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP