25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"
Accueil > Actualités de la mer > La meilleure façon de cultiver des moules

La meilleure façon de cultiver des moules

Dernière mise à jour le mercredi 1er mai 2013

Article paru
sur le site "SCI-Tech" - 29 Avril 2013
Visualiser l’article original


La mytiliculture, c’est-à-dire l‘élevage de moules, est l’une des principales activités liées aux coquillages et aux fruits de mer avec une production totale d’environ 500 000 tonnes par an et un potentiel encore plus élevé. Pour produire davantage et de manière durable, l’un des premiers producteurs en Suède a décidé de participer à un projet européen en testant les bonnes pratiques et les nouvelles technologies pour tirer le meilleur parti de ses moules.

“ Sur les 4 à 5 tonnes que nous avons récoltées aujourd’hui, je pense qu’environ 30 % seront perdus “ estime Anders Granhed, mytiliculteur à Scanfjord. Grâce à cette expérience, nous avons réduit le gaspillage de 5 à 10 % environ.”

Les scientifiques du projet de recherche européen ont examiné chaque étape de la culture des moules avec les producteurs, de la récolte jusqu‘à la consommation. Ils ont identifié les phases les plus critiques et ont cherché à savoir comment limiter ces énormes gaspillages.
Ces efforts ont porté leurs fruits.

“L’un des principaux problèmes est l‘énorme quantité de gaspillage, 20 à 30 % de la production de moules est en en fait perdue dans les différentes étapes de la production, rappelle Grethe Adoff, biologiste, coordinatrice du projet “Moules vivantes”. L’objectif était de réduire le gaspillage de 35 %. Nous n’avons certes pas atteint ce résultat, mais nous avons vraiment constaté une augmentation de la production.”

Le coeur du projet repose sur un système de recirculation de l’eau pour stocker les moules et les conserver vivantes sur un laps de temps. Cela permet aux cultivateurs d’une part d‘être moins dépendants des changements du temps, qui peut les empêcher de récolter, et d’autre part d‘économiser de l‘énergie et de l’eau.

“ Dans un système de recirculation, on n’a besoin que de très peu d’eau nouvelle, explique Mads Dorenfeldt, biologiste à l’Institut national deTechnologie en Norvège. Dans ce système, par exemple, nous pompons environ 12 000 litres d’eau par heure pour la recirculation. Mais nous n’ajoutons que 15 litres par heure.”

Dans un système normal d‘écoulement, un producteur a besoin d’environ 20 litres par heure et par kilo de moules, ce qui implique des coûts plus élevés pour refroidir l’eau. Un autre élément, variable dans la nature, est maintenu constant ici : la qualité de l’eau. C’est la fonction du “récupérateur de protéines”.

“ Cela enlève toutes les particules organiques fines qui s‘échappent des moules, poursuit Mads Dorenfeldt. Il y a une pompe en bas de ce cylindre qui crée des millions et des millions de micro bulles et toutes les protéines dans l’eau adhèrent aux bulles et s’agglomèrent ici pour former cette mousse. Celle-ci est alors expurgée du système, ce qui nettoie l’eau.”

Pendant tout ce processus graduel, les moules sont exposées à un important impact mécanique qui peut affecter leur vie à la fin. C’est ainsi qu’ont été identifiées les étapes les plus critiques du processus :

“ Nous avons fabriqué cette fausse moule au milieu de vraies moules, et nous avons installé un capteur à l’intérieur pour mesurer l’impact mécanique pendant tout le processus jusqu‘à l’inspection “ explique Gyda Christophersen, elle aussi biologiste à l’Institut national de Technologie en Norvège.

Grâce aux mesures de la moule électronique, le cultivateur a pu ajuster la vitesse de rotation et la quantité d’eau circulant dans l’appareil. La chaîne de production de moules est maintenant moins irrégulière.

Les scientifiques l’ont prouvé : plus le processus se fait en douceur, moins il y a de manipulations, meilleure sera la qualité des moules.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP