21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc
Accueil > Actualités de la mer > La notion de "nuisibles" en passe de disparaître du code de l’environnement

La notion de "nuisibles" en passe de disparaître du code de l’environnement

Dernière mise à jour le mercredi 9 avril 2014

Article paru
sur le site "Actu-environnement" - 04 avril 2014
Visualiser l’article original



Le projet de loi sur la biodiversité, présenté le 26 mars en Conseil des ministres, est un texte-fleuve qui ne compte pas moins de 72 articles. Il prévoit d’habiliter le Gouvernement à légiférer par voie d’ordonnance sur de nombreuses questions. Parmi celles-ci, celle des animaux dits "nuisibles".

Mettre fin à une version très anthropocentrée de la biodiversité…

Le terme "nuisible", hérité de l’ancien code rural et employé dans le code de l’environnement, est "une version très anthroprocentrée autour de certaines formes de la biodiversité et nie la place dans les dynamiques écologiques de toutes les espèces", peut-on lire dans l’exposé des motifs du projet de loi.

Cette conception tend à faire de l’élimination de certaines espèces "un but absolu au mépris de leur participation à certains cycles biologiques ou au principe général de conservation d’une réelle biodiversité", ajoute le document qui souligne, au contraire, que les pratiques actuelles procèdent à des régulations de populations "sur la base des dégâts réellement occasionnés et des dynamiques propres des espèces concernées".

Le projet de loi prévoit donc de faire disparaître les termes "nuisibles" et "malfaisants" du code de l’environnement et du code général des collectivités territoriales (CGCT) pour les remplacer par celui de "déprédateurs". Celui-ci pose "la question de leurs dégâts et non de leur simple existence dans l’écosystème", justifient les rédacteurs du projet de loi.

…tout en maintenant les dispositifs actuels

L’ordonnance continuera toutefois à opérer la distinction faite par le code de l’environnement entre les deux dispositifs distincts actuels. L’article L. 427-6 concerne les opérations de destruction réalisées sous la supervision des lieutenants de louveterie. Ces battues peuvent être ordonnées par le préfet quel que soit le statut de l’espèce, y compris donc des espèces protégées, dès lors qu’elles provoquent des nuisances ou des dégâts.

L’article L. 427-8 du code de l’environnement, quant à lui, prévoit la possibilité pour le "propriétaire, possesseur ou fermier" de détruire "en tout temps" les espèces classées juridiquement comme nuisibles, qu’elles soient exotiques ou indigènes. Un arrêté du ministre de l’Ecologie, publié le 2 avril, vient d’ailleurs de reconduire la liste des espèces non indigènes classées comme nuisibles sur l’ensemble du territoire. Il s’agit du chien viverrin, du vison d’Amérique, du raton laveur, du ragondin, du rat musqué et de la bernache du Canada.

Au final, on peut donc se demander si la réforme ne sera pas que sémantique. A l’avenir, les espèces en question pourraient continuer à être détruites en tant que "déprédatrices" et non plus en tant que "nuisibles" ou "malfaisantes". La discussion du projet de loi prévue pour la fin juin devrait permettre d’éclaircir la chose.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP