20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > La pêche à la "demoiselle", à bord du Gwenvidick

La pêche à la "demoiselle", à bord du Gwenvidick

Dernière mise à jour le mardi 2 juillet 2013

Article paru
sur le site "Le figaro nautisme" - 30 Juin 2013
Visualiser l’article original


A bord du Gwenvidick, un chalutier côtier, la pêche à la langoustine, celle que l’on nomme la "demoiselle" en Bretagne, vire au casse-tête pour tenter de limiter les rejets, ces poissons remis à la mer, parfois morts, et à qui Bruxelles voudrait éviter les filets.

La langoustine, c’est l’emblème des ports bigoudens. Et d’avril à juillet, la campagne bat son plein. Mais ce secteur est devenu moins rentable, victime des prix du carburant et des normes européennes sur les rejets. "Elle représente 80% de notre chiffre d’affaires, explique Dominique Faou, artisan-pêcheur, le reste c’est pour le merlu, la sole, la baudroie, le tacaud ou le congre".

Sur le bateau ce matin-là, deux hommes manoeuvrent pour mettre à l’eau les 12 mètres de filets, pour trois heures de drague avant leur relève. Et l’opération est répétée 3 à 5 fois par jour, toujours suivie de près par une myriade de goélands criards attirés par l’odeur du poisson.

"La pêche est correcte sans plus", prévient le capitaine, tandis que le contenu du "cul du chalut" est déversé sur le pont envahi par des paquets d’eau, dans le bruit fracassant de treuils et de chaînes. Rapidement, les langoustines sont triées par taille, plongées dans des bacs d’eau de mer pour les garder vivantes.

Le Gwenvidick est ainsi en mer entre 180 et 200 jours par an pour une recette journalière variable : les bons jours 4.000 euros ou plus, les mauvais 300, "même pas de quoi payer le plein de gas-oil, alors que le prix du poisson acheté au bateau ne cesse de dégringoler", s’inquiète M. Faou.

Sans compter les directives de Bruxelles que Patrice Donnart, président de Pêcheurs de Bretagne, compare à "un rouleau compresseur". "A peine le temps de se mettre en conformité avec une norme, qu’une nouvelle encore plus tracassière vient réglementer notre activité". En ligne de mire : celle sur les rejets. Ces poissons remontés dans les filets mais remis à l’eau, car trop petits, hors quotas, ou pas intéressants.

Bruxelles veut limiter ces rejets à 5% des volumes pêchés à partir de 2014. Contre 26% actuellement en France, selon l’Ifremer. Et l’étude Obsmer, menée par cet institut de recherche sur la mer, montre que les chalutiers rejettent plus que les palangriers ou fileyeurs.

Et que les flottilles côtières, loin devant les flottilles hauturières, sont les mauvaises élèves des rejets. Pour certaines pêches, cela peut représenter jusqu’à la moitié des captures. Il est ainsi reproché aux professionnels de la langoustine de remonter de trop petits merlus avec les langoustines.

"Les pêcheurs ont déjà fait énormément de concessions pour une pêche durable et responsable", assure M. Donnart, notamment "pour améliorer la sélectivité des engins de pêche".

Aujourd’hui, les chalutiers travaillent avec un maillage de filet de 80 millimètres pour éviter de remonter les espèces juvéniles. La réglementation française a par ailleurs fixé à 9 centimètres la taille minimum pour la capture de la langoustine, soit 2 cm de plus que celle imposée par les textes communautaires.

"Mieux vaut trier sur le fond que sur le pont", reconnaît le patron du Gwenvidick. Mais, pour les professionnels, la prochaine réglementation à 5% des volumes pêchés apparaît souvent "déconnectée de la réalité".

Selon le ministre de la Mer et de la Pêche, Frédéric Cuvillier, elle ne pourra être mise en place sans tenir compte des spécificités des pêches, des flottilles et de leur ancienneté._ Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP