21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > La pêche intensive menace les océans

La pêche intensive menace les océans

Dernière mise à jour le jeudi 18 avril 2013

Article paru
sur le site "France info" - 17 Avril 2013
Visualiser l’article original


Tout comme au 19e siècle, les gens continuent de croire que la mer est remplie de poissons et que l’on peut pêcher sans problème, explique Philippe Cury, directeur de recherche à l’IRD, directeur de l’UMR EME. "Une vision qui existe toujours : quand on arrêtera d’exploiter des ressources surexploitées elles reviendront automatiquement parce que finalement elles produisent beaucoup d’œufs. C’est ce que l’on entend souvent."

Depuis que l’homme existe il n’a cessé de progresser et de s’étendre géographiquement. "Il y a d’abord les mégafaunes qui ont disparu et puis aujourd’hui dans la pêche une exploitation toujours plus lointaine, toujours plus profonde."

Philippe Cury publie Mange tes méduses !, chez Odile Jacob

"Cela illustre la transformation de la nature telle qu’on la ressent. La flèche du temps qui s’impose à l’océan. En Namibie, l’une des zones les plus riches en poisson, les millions de tonnes de sardines et d’anchois ont été surexploitées. Cette espèce est le fioul des océans et cet effondrement est la fin d’un écosystème."

La disparition des sardines et des anchois de Namibie a fait disparaître les oiseaux marins. "La nature ayant horreur du vide, il y a entre 10 et 20 millions de tonnes de méduses qui colmatent l’écosystème. Avec la surexploitation des espèces elles sont omniprésentes. C’est ce que l’on appelle le changement de régime."

Si on ne change pas notre façon de pêcher, d’exploiter et de consommer on finira par manger des méduses, prédit Philippe Cury.

Présentation de l’éditeur : "Ce livre raconte une histoire simple dont le dernier acte se joue peut-être sous nos yeux : celle de la transformation de la nature.
Pour les animaux et les plantes, la vie sur Terre et dans les océans est une question de reproduction suivant des cycles annuels qui ont émergé il y a des millions d’années. Or, depuis que l’homme moderne a émergé, nous sommes en expansion permanente, et nous exploitons, de manière effrénée, les ressources naturelles de la planète.
Cette incompatibilité pourrait conduire à la destruction de la nature si nous ne mettons pas en place des modes d’action respectant les cycles naturels et rompant avec notre expansion aveugle.
Si nous le faisons, nous aurons inventé la durabilité. Si nous ne le faisons pas, il nous faudra nous contenter de manger des méduses !"
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP