18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > La pêche : jusqu’à l’épuisement des ressources ?

La pêche : jusqu’à l’épuisement des ressources ?

Dernière mise à jour le samedi 30 novembre 2013

Article paru
sur le site "France Culture" - 29 Novembre 2013
Visualiser l’article original



On peut lire, sur le site prestigieux et international, Project Syndicate, un article du Chilien Andrès Velasco, ancien ministre des finances dans le gouvernement de Michelle Bachelet et professeur à Harvard, qui fait une bonne synthèse des préoccupations que devraient nous inspirer les océans.

Que dit Andrès Velasco ? Que la dégradation des océans, pour être moins visible que celle des forêts, et pour cause, n’en est pas moins aussi désastreuse. Car les effets combinés du réchauffement, de la pêche intensive et de la pollution sont en train de détériorer gravement ce poumon de la planète – les océans produisent la moitié de l’oxygène que nous respirons.

Il pointe le fait que les 2/3 des océans sont situés hors des zones exclusives des Etats et, par conséquent, n’appartiennent à personne. Aucune autorité n’ayant la responsabilité de ces immenses étendues de haute mer, il est bien difficile d’agir pour leur sauvegarde. Les utilisateurs ne sont pas les payeurs, même lorsqu’ils polluent, pillent ou détruisent ces ressources qui sont le bien collectif des habitants de la planète. Andrès Velasco plaide, au nom de le la Global Ocean Commission pour un système de paiement, qui servirait à doter un organisme de protection des océans.

J’ai parlé d’oxygène, mais il y a une autre ressource que nous fournissait l’océan, qui pourrait bien disparaître dans l’indifférence générale : ce sont les poissons. On se souvient de la panique qui a saisi les gastronomes japonais, ces dernières années, devant l’envolée des prix du thon rouge, dit Bluefin. Il était devenu tellement rare qu’il atteignait les 6 000 euros le kilo. Suite à une surexploitation, dans le Pacifique, dans les années 1990 et 2000, il était menacé de disparition. Aussi, en 2009, fut-il décidé par une commission internationale ad hoc de limiter la pêche, qui avait atteint les 60 000 tonnes par an, à 13 500 tonnes. Les professionnels de la pêche estiment que cette limitation, si elle est respectée, permettra de sauver cette espèce de la disparition programmée qui l’attendait. Mais nombreux sont les experts qui estiment que le rythme actuel d’exploitation des ressources halieutiques n’est pas soutenable. On estime généralement qu’au rythme actuel, le dernier poisson pourrait avoir disparu au mitan du siècle ! Et de fait, le poisson d’élevage tend de plus en plus, dans nos assiettes, à remplacer le poisson sauvage.

Récemment, Rodrigue Coutouly, un spécialiste de fiscalité environnementale, qui contribue au Cercle Les Echos, faisait les proposition suivantes : 1° exiger des Etats qu’ils consacrent au moins 10 % de leurs zones économiques exclusives à la constitution de réserves et les interdisent, par conséquent, aux pêcheurs, 2° privatiser une partie des mers, en attribuant à chaque entreprise de pêche des secteurs dont elle aurait la jouissance exclusive, afin de les responsabiliser sur la gestion des ressources, 3° mettre à contribution le consommateur, au moyen d’une taxe sur le poisson sauvage, destinée à financer la reconversion des pêcheurs qui devront passer du statut de « cueilleurs » à celui d’éleveurs-gestionnaires d’un secteur marin ».

Voilà une proposition qui peut être qualifiée de libérale, puisqu’elle vise à responsabiliser les acteurs. Entre le système de gouvernance mondiale de Andrès Velasco, et la privatisation de Rodrigue Coutouly, qui paraissent incarner deux alternatives radicales, y a-t-il des moyens termes, qui permettraient de garantir à nos descendants qu’il restera encore pour eux des poissons dans les mers et les océans ?

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP