23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > La plus vieille créature du monde morte pour la science

La plus vieille créature du monde morte pour la science

Dernière mise à jour le vendredi 15 novembre 2013

Article paru
sur le site "Le Point" - 15 Novembre 2013
Visualiser l’article original



Ming était née en 1499. Elle est morte le 13 novembre 2013, âgée donc de 507 ans ! Quoique palourde, Ming était donc le plus vieil animal sur cette terre. Était, car en plus de révéler son âge véritable, 102 ans de plus que l’estimation précédente, les scientifiques décidément maladroits l’ont tuée en l’ouvrant pour en avoir le coeur net !

C’est le Daily Mail qui a déniché cette tragique histoire sur le site scientifique ScienceNordic. Mais le décès remonte en fait à sept ans. Ming a en effet été découverte en 2006 au large de l’Islande, dans le cadre de recherches sur le réchauffement climatique. La vénérable palourde passionne immédiatement les chercheurs de l’université de Bangor au pays de Galles qui espèrent découvrir grâce à elle quelques vérités sur le climat, mais aussi sur le Graal de l’humanité : la longévité. Les scientifiques comptent d’abord le nombre de rainures qui plissent sa coquille, car celles-ci se forment, été après été, quand "l’océan se réchauffe et que la nourriture abonde", peut-on lire dans le Daily Mail. Ils déterminent l’âge de la créature : 405 ans. Ming - qui ne s’appelle pas encore ainsi - entre derechef dans le Guiness des records.

Mais nos chercheurs ne sont pas satisfaits. Poursuivant leurs recherches, ils ont poussé plus avant leurs investigations, tuant donc l’objet de leur quête.
Une marge d’erreur de un an ou deux

Ce n’est pas pour masquer leur forfait que les savants se sont tus pendant sept ans, mais en raison de scrupules purement scientifiques : "Nous nous sommes trompés la première fois sur son âge et sans doute qu’à l’époque nous avions été trop rapides pour publier nos résultats, a avoué Paul Butler. Mais, aujourd’hui, nous sommes certains de ce que nous avançons." "L’âge de Ming a été confirmé par des méthodes variées, notamment la datation au carbone 14, a renchéri Rob Witbaard de l’Institut royal de recherches marines des Pays-Bas au ScienceNordic. Si erreur il y a, ce ne peut être que de un ou deux ans, pas plus."

Reste à comprendre pourquoi Ming a pu vivre aussi longtemps, alors que jusqu’à présent on estimait que les bivalves - la grande famille de mollusques à laquelle elle appartenait - ne pouvaient vivre qu’un siècle tout au plus.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP