19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)
Accueil > Actualités de la mer > La plus vieille créature du monde morte pour la science

La plus vieille créature du monde morte pour la science

Dernière mise à jour le vendredi 15 novembre 2013

Article paru
sur le site "Le Point" - 15 Novembre 2013
Visualiser l’article original



Ming était née en 1499. Elle est morte le 13 novembre 2013, âgée donc de 507 ans ! Quoique palourde, Ming était donc le plus vieil animal sur cette terre. Était, car en plus de révéler son âge véritable, 102 ans de plus que l’estimation précédente, les scientifiques décidément maladroits l’ont tuée en l’ouvrant pour en avoir le coeur net !

C’est le Daily Mail qui a déniché cette tragique histoire sur le site scientifique ScienceNordic. Mais le décès remonte en fait à sept ans. Ming a en effet été découverte en 2006 au large de l’Islande, dans le cadre de recherches sur le réchauffement climatique. La vénérable palourde passionne immédiatement les chercheurs de l’université de Bangor au pays de Galles qui espèrent découvrir grâce à elle quelques vérités sur le climat, mais aussi sur le Graal de l’humanité : la longévité. Les scientifiques comptent d’abord le nombre de rainures qui plissent sa coquille, car celles-ci se forment, été après été, quand "l’océan se réchauffe et que la nourriture abonde", peut-on lire dans le Daily Mail. Ils déterminent l’âge de la créature : 405 ans. Ming - qui ne s’appelle pas encore ainsi - entre derechef dans le Guiness des records.

Mais nos chercheurs ne sont pas satisfaits. Poursuivant leurs recherches, ils ont poussé plus avant leurs investigations, tuant donc l’objet de leur quête.
Une marge d’erreur de un an ou deux

Ce n’est pas pour masquer leur forfait que les savants se sont tus pendant sept ans, mais en raison de scrupules purement scientifiques : "Nous nous sommes trompés la première fois sur son âge et sans doute qu’à l’époque nous avions été trop rapides pour publier nos résultats, a avoué Paul Butler. Mais, aujourd’hui, nous sommes certains de ce que nous avançons." "L’âge de Ming a été confirmé par des méthodes variées, notamment la datation au carbone 14, a renchéri Rob Witbaard de l’Institut royal de recherches marines des Pays-Bas au ScienceNordic. Si erreur il y a, ce ne peut être que de un ou deux ans, pas plus."

Reste à comprendre pourquoi Ming a pu vivre aussi longtemps, alors que jusqu’à présent on estimait que les bivalves - la grande famille de mollusques à laquelle elle appartenait - ne pouvaient vivre qu’un siècle tout au plus.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP