13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante !
Accueil > Actualités de la mer > La plus vieille créature du monde morte pour la science

La plus vieille créature du monde morte pour la science

Dernière mise à jour le vendredi 15 novembre 2013

Article paru
sur le site "Le Point" - 15 Novembre 2013
Visualiser l’article original



Ming était née en 1499. Elle est morte le 13 novembre 2013, âgée donc de 507 ans ! Quoique palourde, Ming était donc le plus vieil animal sur cette terre. Était, car en plus de révéler son âge véritable, 102 ans de plus que l’estimation précédente, les scientifiques décidément maladroits l’ont tuée en l’ouvrant pour en avoir le coeur net !

C’est le Daily Mail qui a déniché cette tragique histoire sur le site scientifique ScienceNordic. Mais le décès remonte en fait à sept ans. Ming a en effet été découverte en 2006 au large de l’Islande, dans le cadre de recherches sur le réchauffement climatique. La vénérable palourde passionne immédiatement les chercheurs de l’université de Bangor au pays de Galles qui espèrent découvrir grâce à elle quelques vérités sur le climat, mais aussi sur le Graal de l’humanité : la longévité. Les scientifiques comptent d’abord le nombre de rainures qui plissent sa coquille, car celles-ci se forment, été après été, quand "l’océan se réchauffe et que la nourriture abonde", peut-on lire dans le Daily Mail. Ils déterminent l’âge de la créature : 405 ans. Ming - qui ne s’appelle pas encore ainsi - entre derechef dans le Guiness des records.

Mais nos chercheurs ne sont pas satisfaits. Poursuivant leurs recherches, ils ont poussé plus avant leurs investigations, tuant donc l’objet de leur quête.
Une marge d’erreur de un an ou deux

Ce n’est pas pour masquer leur forfait que les savants se sont tus pendant sept ans, mais en raison de scrupules purement scientifiques : "Nous nous sommes trompés la première fois sur son âge et sans doute qu’à l’époque nous avions été trop rapides pour publier nos résultats, a avoué Paul Butler. Mais, aujourd’hui, nous sommes certains de ce que nous avançons." "L’âge de Ming a été confirmé par des méthodes variées, notamment la datation au carbone 14, a renchéri Rob Witbaard de l’Institut royal de recherches marines des Pays-Bas au ScienceNordic. Si erreur il y a, ce ne peut être que de un ou deux ans, pas plus."

Reste à comprendre pourquoi Ming a pu vivre aussi longtemps, alors que jusqu’à présent on estimait que les bivalves - la grande famille de mollusques à laquelle elle appartenait - ne pouvaient vivre qu’un siècle tout au plus.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP