21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"
Accueil > Actualités de la mer > La plus vieille créature du monde morte pour la science

La plus vieille créature du monde morte pour la science

Dernière mise à jour le vendredi 15 novembre 2013

Article paru
sur le site "Le Point" - 15 Novembre 2013
Visualiser l’article original



Ming était née en 1499. Elle est morte le 13 novembre 2013, âgée donc de 507 ans ! Quoique palourde, Ming était donc le plus vieil animal sur cette terre. Était, car en plus de révéler son âge véritable, 102 ans de plus que l’estimation précédente, les scientifiques décidément maladroits l’ont tuée en l’ouvrant pour en avoir le coeur net !

C’est le Daily Mail qui a déniché cette tragique histoire sur le site scientifique ScienceNordic. Mais le décès remonte en fait à sept ans. Ming a en effet été découverte en 2006 au large de l’Islande, dans le cadre de recherches sur le réchauffement climatique. La vénérable palourde passionne immédiatement les chercheurs de l’université de Bangor au pays de Galles qui espèrent découvrir grâce à elle quelques vérités sur le climat, mais aussi sur le Graal de l’humanité : la longévité. Les scientifiques comptent d’abord le nombre de rainures qui plissent sa coquille, car celles-ci se forment, été après été, quand "l’océan se réchauffe et que la nourriture abonde", peut-on lire dans le Daily Mail. Ils déterminent l’âge de la créature : 405 ans. Ming - qui ne s’appelle pas encore ainsi - entre derechef dans le Guiness des records.

Mais nos chercheurs ne sont pas satisfaits. Poursuivant leurs recherches, ils ont poussé plus avant leurs investigations, tuant donc l’objet de leur quête.
Une marge d’erreur de un an ou deux

Ce n’est pas pour masquer leur forfait que les savants se sont tus pendant sept ans, mais en raison de scrupules purement scientifiques : "Nous nous sommes trompés la première fois sur son âge et sans doute qu’à l’époque nous avions été trop rapides pour publier nos résultats, a avoué Paul Butler. Mais, aujourd’hui, nous sommes certains de ce que nous avançons." "L’âge de Ming a été confirmé par des méthodes variées, notamment la datation au carbone 14, a renchéri Rob Witbaard de l’Institut royal de recherches marines des Pays-Bas au ScienceNordic. Si erreur il y a, ce ne peut être que de un ou deux ans, pas plus."

Reste à comprendre pourquoi Ming a pu vivre aussi longtemps, alors que jusqu’à présent on estimait que les bivalves - la grande famille de mollusques à laquelle elle appartenait - ne pouvaient vivre qu’un siècle tout au plus.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP