20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > La pollution menace la pêche antillaise

La pollution menace la pêche antillaise

Dernière mise à jour le mardi 29 janvier 2013

Article paru
sur le site "Ouest-france entreprises" - 25 Janvier 2013
Visualiser l’article original


« À cause de la contamination des langoustes par la chlordécone, une partie des pêcheurs est privée de 70 % de ses revenus », tempête le Guadeloupéen Jean-Claude Yoyotte, vice-président du Comité national des pêches. La chlordécone est une molécule chimique utilisée pour lutter contre le charançon du bananier. Son introduction date de 1972 et son interdiction définitive, mais tardive, de 1993. En décembre, les ports des îles ont déjà été bloqués en signe de protestation. Depuis, la situation s’envenime. « Une explosion sociale violente est à craindre », estime Jean-Claude Yoyotte.

Aide d’urgence

Martiniquais et Guadeloupéens viennent d’être reçus par Victorin Lurel, ministre des Outre-Mer et Frédéric Cuvillier, ministre délégué aux Transports, à la Mer et à la Pêche. Ceux-ci ont promis de « débloquer une aide d’urgence de 2 millions d’euros, compatible avec les règlements européens. » Ils s’engagent aussi à examiner la situation des cotisations et dettes sociales. Cautères sur jambe de bois, analysent les professionnels de la mer. « Cela représente 10 000 € par marin. Plutôt léger quand on sait que cette pollution va durer des siècles et qu’elle risque de s’étendre. »

Les possibilités de reconversion des pêcheurs îliens « sont limitées » : « Les zones de pêches ne sont pas extensibles et celles qui ne sont pas contaminées sont déjà exploitées. Impossible de reporter l’effort de pêche sur elles. » Conflits d’usage et forte pression sur la ressource halieutique interdisent cette option. « Nous souhaitons qu’un travail soit fait en profondeur pour imaginer plusieurs options, comme le développement de l’aquaculture. » Aujourd’hui en Martinique, 40 % des zones de pêches à la langouste sont gelées. En Guadeloupe, la contamination des sols concerne environ 6 500 ha et 14 500 ha en Martinique.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP