10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > La protection du mérou en Méditerranée passe par Sète

La protection du mérou en Méditerranée passe par Sète

Dernière mise à jour le mardi 1er octobre 2013

Article paru
sur le site "Midi libre" - 28 septembre 2013
Visualiser l’article original



Depuis 1986, un groupe de passionnés, dont plusieurs plongeurs sétois, travaille au sein du Groupe d’étude du mérou (Gem) à la sauvegarde de cette espèce, des Aresquiers à Banyuls... Les effectifs se sont reconstitués en Méditerranée.

Le mérou brun de Méditerranée est un poisson emblématique des côtes méditerranéennes. C’est un poisson mythique pour beaucoup, spectaculaire pour le plongeur, proie symbolique pour le chasseur et chair appréciée par tous. Mais cette popularité a bien failli engendrer sa perte.

Pêche sous-marine, puis à l’hameçon, interdite

Grâce au Gem (Groupe d’étude du mérou), une association loi 1901 créée en 1986 et dont la naissance repose sur l’initiative d’un petit groupe de passionnés composé de huit membres fondateurs (représentants d’aires marines protégées, membres de la fédération française d’études et de sports sous-marins, pêcheurs sous-marins de compétition et biologistes, plongeurs scientifiques), le mérou brun ne doit plus être aujourd’hui considéré comme une espèce en voie d’extinction.

Deux moratoires pour interdire la pêche sous-marine du mérou

Le Gem s’est donné pour mission de mieux connaître ce poisson et sa répartition en Méditerranée, afin d’aider à sa gestion en vue de sa préservation. Résultat, un moratoire visant l’interdiction de la pêche sous-marine du mérou est intervenu, dès 1993, grâce aux informations acquises par le Gem et à ses arguments scientifiques pour justifier la nécessité de sa protection. Deux moratoires, l’un en Corse, l’autre sur les côtes continentales méditerranéennes, formalisent cette interdiction. Depuis 2003, le moratoire a élargi sa protection à l’interdiction de la pêche du mérou brun à l’hameçon.

Le mérou va mieux

Ces efforts ont véritablement porté leurs fruits. Les effectifs de mérou se sont reconstitués en Méditerranée de façon significative dans les espaces marins protégés mais également en dehors de ces espaces et les côtes languedociennes n’échappent pas à cette reconquête des territoires par le mérou. Plusieurs observations de plongeurs et pêcheurs sous-marins en attestent.

Pour autant, le Gem ne s’endort pas sur ses lauriers et poursuit ses missions. Des inventaires sont régulièrement organisés par les plongeurs scaphandres et apnéistes du Gem dont les techniques d’approches subaquatiques sont complémentaires.

De nombreux spécimens à observer

Cette complémentarité a permis au Gem de mettre en place un dispositif de prospection de terrain très efficace où les plongeurs scaphandre dénombrent les mérous situés en zone profonde alors que les apnéistes évoluent entre 2 à 20 m se faufilant dans les anfractuosités à la recherche des très jeunes mérous (juvéniles).

Le Gem compte aujourd’hui plus de vingt années d’expérience et a bien grandi. Il se compose actuellement d’une centaine de membres à travers le monde. Ses actions ont vocation à s’étendre à l’échelle internationale car la gestion des populations de mérou doit s’opérer sur l’ensemble

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP