21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"
Accueil > Actualités de la mer > La protection du mérou en Méditerranée passe par Sète

La protection du mérou en Méditerranée passe par Sète

Dernière mise à jour le mardi 1er octobre 2013

Article paru
sur le site "Midi libre" - 28 septembre 2013
Visualiser l’article original



Depuis 1986, un groupe de passionnés, dont plusieurs plongeurs sétois, travaille au sein du Groupe d’étude du mérou (Gem) à la sauvegarde de cette espèce, des Aresquiers à Banyuls... Les effectifs se sont reconstitués en Méditerranée.

Le mérou brun de Méditerranée est un poisson emblématique des côtes méditerranéennes. C’est un poisson mythique pour beaucoup, spectaculaire pour le plongeur, proie symbolique pour le chasseur et chair appréciée par tous. Mais cette popularité a bien failli engendrer sa perte.

Pêche sous-marine, puis à l’hameçon, interdite

Grâce au Gem (Groupe d’étude du mérou), une association loi 1901 créée en 1986 et dont la naissance repose sur l’initiative d’un petit groupe de passionnés composé de huit membres fondateurs (représentants d’aires marines protégées, membres de la fédération française d’études et de sports sous-marins, pêcheurs sous-marins de compétition et biologistes, plongeurs scientifiques), le mérou brun ne doit plus être aujourd’hui considéré comme une espèce en voie d’extinction.

Deux moratoires pour interdire la pêche sous-marine du mérou

Le Gem s’est donné pour mission de mieux connaître ce poisson et sa répartition en Méditerranée, afin d’aider à sa gestion en vue de sa préservation. Résultat, un moratoire visant l’interdiction de la pêche sous-marine du mérou est intervenu, dès 1993, grâce aux informations acquises par le Gem et à ses arguments scientifiques pour justifier la nécessité de sa protection. Deux moratoires, l’un en Corse, l’autre sur les côtes continentales méditerranéennes, formalisent cette interdiction. Depuis 2003, le moratoire a élargi sa protection à l’interdiction de la pêche du mérou brun à l’hameçon.

Le mérou va mieux

Ces efforts ont véritablement porté leurs fruits. Les effectifs de mérou se sont reconstitués en Méditerranée de façon significative dans les espaces marins protégés mais également en dehors de ces espaces et les côtes languedociennes n’échappent pas à cette reconquête des territoires par le mérou. Plusieurs observations de plongeurs et pêcheurs sous-marins en attestent.

Pour autant, le Gem ne s’endort pas sur ses lauriers et poursuit ses missions. Des inventaires sont régulièrement organisés par les plongeurs scaphandres et apnéistes du Gem dont les techniques d’approches subaquatiques sont complémentaires.

De nombreux spécimens à observer

Cette complémentarité a permis au Gem de mettre en place un dispositif de prospection de terrain très efficace où les plongeurs scaphandre dénombrent les mérous situés en zone profonde alors que les apnéistes évoluent entre 2 à 20 m se faufilant dans les anfractuosités à la recherche des très jeunes mérous (juvéniles).

Le Gem compte aujourd’hui plus de vingt années d’expérience et a bien grandi. Il se compose actuellement d’une centaine de membres à travers le monde. Ses actions ont vocation à s’étendre à l’échelle internationale car la gestion des populations de mérou doit s’opérer sur l’ensemble

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP