19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)
Accueil > Actualités de la mer > La protection du mérou en Méditerranée passe par Sète

La protection du mérou en Méditerranée passe par Sète

Dernière mise à jour le mardi 1er octobre 2013

Article paru
sur le site "Midi libre" - 28 septembre 2013
Visualiser l’article original



Depuis 1986, un groupe de passionnés, dont plusieurs plongeurs sétois, travaille au sein du Groupe d’étude du mérou (Gem) à la sauvegarde de cette espèce, des Aresquiers à Banyuls... Les effectifs se sont reconstitués en Méditerranée.

Le mérou brun de Méditerranée est un poisson emblématique des côtes méditerranéennes. C’est un poisson mythique pour beaucoup, spectaculaire pour le plongeur, proie symbolique pour le chasseur et chair appréciée par tous. Mais cette popularité a bien failli engendrer sa perte.

Pêche sous-marine, puis à l’hameçon, interdite

Grâce au Gem (Groupe d’étude du mérou), une association loi 1901 créée en 1986 et dont la naissance repose sur l’initiative d’un petit groupe de passionnés composé de huit membres fondateurs (représentants d’aires marines protégées, membres de la fédération française d’études et de sports sous-marins, pêcheurs sous-marins de compétition et biologistes, plongeurs scientifiques), le mérou brun ne doit plus être aujourd’hui considéré comme une espèce en voie d’extinction.

Deux moratoires pour interdire la pêche sous-marine du mérou

Le Gem s’est donné pour mission de mieux connaître ce poisson et sa répartition en Méditerranée, afin d’aider à sa gestion en vue de sa préservation. Résultat, un moratoire visant l’interdiction de la pêche sous-marine du mérou est intervenu, dès 1993, grâce aux informations acquises par le Gem et à ses arguments scientifiques pour justifier la nécessité de sa protection. Deux moratoires, l’un en Corse, l’autre sur les côtes continentales méditerranéennes, formalisent cette interdiction. Depuis 2003, le moratoire a élargi sa protection à l’interdiction de la pêche du mérou brun à l’hameçon.

Le mérou va mieux

Ces efforts ont véritablement porté leurs fruits. Les effectifs de mérou se sont reconstitués en Méditerranée de façon significative dans les espaces marins protégés mais également en dehors de ces espaces et les côtes languedociennes n’échappent pas à cette reconquête des territoires par le mérou. Plusieurs observations de plongeurs et pêcheurs sous-marins en attestent.

Pour autant, le Gem ne s’endort pas sur ses lauriers et poursuit ses missions. Des inventaires sont régulièrement organisés par les plongeurs scaphandres et apnéistes du Gem dont les techniques d’approches subaquatiques sont complémentaires.

De nombreux spécimens à observer

Cette complémentarité a permis au Gem de mettre en place un dispositif de prospection de terrain très efficace où les plongeurs scaphandre dénombrent les mérous situés en zone profonde alors que les apnéistes évoluent entre 2 à 20 m se faufilant dans les anfractuosités à la recherche des très jeunes mérous (juvéniles).

Le Gem compte aujourd’hui plus de vingt années d’expérience et a bien grandi. Il se compose actuellement d’une centaine de membres à travers le monde. Ses actions ont vocation à s’étendre à l’échelle internationale car la gestion des populations de mérou doit s’opérer sur l’ensemble

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP