22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > La surpêche alimente la prolifération des méduses

La surpêche alimente la prolifération des méduses

Dernière mise à jour le jeudi 21 mars 2013

Article paru
sur le site "GoodPlanet" - xx Mars 2013
Visualiser l’article original


PARIS (AFP) - La surpêche de petits poissons alimente la prolifération des méduses, a démontré une équipe de chercheurs ayant observé deux zones traversées par un même courant océanique, l’une au large de l’Afrique du Sud et l’autre dans les eaux de la Namibie.

Leur étude, publiée récemment dans le "Bulletin of marine science", compare l’évolution de deux écosystèmes situés à 1.000 km l’un de l’autre, l’un soumis à une gestion régulée de la pêche (Afrique du Sud) et l’autre non (Namibie).

"En Namibie, les quelque 10 millions de tonnes de sardines dans les années 1960 ont laissé place à 12 millions de tonnes de méduses", notent les chercheurs. "Il y a eu une très mauvaise gestion des stocks de sardines et d’anchois, surexploités et qui ont quasiment disparu", explique Philippe Cury, l’un des co-auteurs de l’étude.

"On estime que la biomasse des méduses y est désormais 2,5 fois égale à celle cumulée des poissons : c’est gigantesque et le problème, c’est qu’on ne sait pas comment ce sera réversible", alerte le chercheur de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) basé à Sète, en France.

"En Afrique du Sud, il y a eu une gestion très précautionneuse de la pêche de poisson fourrage (sardines, anchois, harengs, etc.) avec année après année une adaptation de l’effort de pêche en fonction des quantités disponibles, et on n’y observe pas cette irruption de méduses", poursuit Philippe Cury.

"Cette étude montre l’impact de l’homme sur la prolifération des méduses car jusqu’à maintenant les travaux se concentraient essentiellement sur les fluctuations de l’environnement, c’est à dire d’ordre climatique", explique le scientifique.

Le déclin de certains prédateurs et le chalutage des grands fonds sont d’autres pistes étudiées par la communauté scientifique.

"Là, on montre que si on retire une composante de l’écosystème, on a un basculement et un écosystème qui devient dominé par les méduses", note-t-il. "D’où la nécessité de préserver une certaine abondance de poisson fourrage".

Dans les zones où les petits poissons se font plus rares, il n’y a plus de compétition pour le plancton et le
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP