21 juillet : Les députés inscrivent la préservation des mers et des océans dans la Constitution19 juillet : Pêche : un premier navire immobilisé grâce aux nouvelles normes de travail18 juillet : Mer d’Arabie. Une inquiétante « zone morte » ne cesse de s’étendre 17 juillet : Civelles. Le nouveau « trafic de stups »11 juillet : Marée orange. L’étonnante Noctiluca scintillans 10 juillet : Sud Finistère. Marée colorée : l’eau est redevenue claire [Vidéo] 9 juillet : Marée colorée. Le phénomène pourrait s’étendre, le phytoplancton en cause 5 juillet : Marseille : Un réseau de braconniers de poissons pêchés dans les calanques à la barre4 juillet : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juillet : Baie de Concarneau. Un mystérieux champ de cratères unique en Europe 2 juillet : Algaia. « Le potentiel de la filière algue est considérable » 1er juillet : Le gouvernement lance un plan solaire pour porter le taux d’énergies renouvelables à 32% en 203030 juin : Océanopolis. « Objectif plancton » ce samed29 juin : Brexit. Brest accueillera le centre de surveillance maritime européen28 juin : à bord du bolide de la Police des Mers du Morbihan27 juin : Fouesnant. Un banc de dauphins filmé aux Glénan [Vidéo] 26 juin : L’huître triploïde, la mort de l’ostréiculture traditionnelle ?25 juin : Camaret (29) : Emmanuel Macron salue les sauveteurs en mer et garantit leurs moyens23 juin : Bretagne. Ils scrutent le bruit des hommes qui pollue les mer20 juin : Des pêcheurs bloquent les ports pour protester contre la pêche électrique19 juin : Boulogne-sur-Mer. Action pour protester contre la pêche électrique 18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale
Accueil > Actualités de la mer > La surpêche alimente la prolifération des méduses

La surpêche alimente la prolifération des méduses

Dernière mise à jour le jeudi 21 mars 2013

Article paru
sur le site "GoodPlanet" - xx Mars 2013
Visualiser l’article original


PARIS (AFP) - La surpêche de petits poissons alimente la prolifération des méduses, a démontré une équipe de chercheurs ayant observé deux zones traversées par un même courant océanique, l’une au large de l’Afrique du Sud et l’autre dans les eaux de la Namibie.

Leur étude, publiée récemment dans le "Bulletin of marine science", compare l’évolution de deux écosystèmes situés à 1.000 km l’un de l’autre, l’un soumis à une gestion régulée de la pêche (Afrique du Sud) et l’autre non (Namibie).

"En Namibie, les quelque 10 millions de tonnes de sardines dans les années 1960 ont laissé place à 12 millions de tonnes de méduses", notent les chercheurs. "Il y a eu une très mauvaise gestion des stocks de sardines et d’anchois, surexploités et qui ont quasiment disparu", explique Philippe Cury, l’un des co-auteurs de l’étude.

"On estime que la biomasse des méduses y est désormais 2,5 fois égale à celle cumulée des poissons : c’est gigantesque et le problème, c’est qu’on ne sait pas comment ce sera réversible", alerte le chercheur de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) basé à Sète, en France.

"En Afrique du Sud, il y a eu une gestion très précautionneuse de la pêche de poisson fourrage (sardines, anchois, harengs, etc.) avec année après année une adaptation de l’effort de pêche en fonction des quantités disponibles, et on n’y observe pas cette irruption de méduses", poursuit Philippe Cury.

"Cette étude montre l’impact de l’homme sur la prolifération des méduses car jusqu’à maintenant les travaux se concentraient essentiellement sur les fluctuations de l’environnement, c’est à dire d’ordre climatique", explique le scientifique.

Le déclin de certains prédateurs et le chalutage des grands fonds sont d’autres pistes étudiées par la communauté scientifique.

"Là, on montre que si on retire une composante de l’écosystème, on a un basculement et un écosystème qui devient dominé par les méduses", note-t-il. "D’où la nécessité de préserver une certaine abondance de poisson fourrage".

Dans les zones où les petits poissons se font plus rares, il n’y a plus de compétition pour le plancton et le
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP