18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie 6 avril : Pêche au bar. Deux manifestations samedi dans la Manche
Accueil > Actualités de la mer > La surpêche coûterait des milliards d’euros et des milliers d’emplois à (...)

La surpêche coûterait des milliards d’euros et des milliers d’emplois à l’UE

Dernière mise à jour le mardi 21 février 2012

Article paru sur le site "MaxiSciences" - Dimanche 19 Février 2012
Visualiser l’article original



La surpêche coûterait des milliards d’euros et des milliers d’emplois à l’UE

La surpêche coûterait cher à l’Europe mais elle provoquerait également la perte de plus de 100.000 emplois chaque année, dont 83.000 dans les 27 Etats membres de l’Union européenne, d’après un think tank britannique, la New Economics Foundation.

Depuis l’explosion démographique et l’augmentation des besoins alimentaires, les stocks marins ont considérablement diminué et sont même quasiment épuisés pour les poissons les plus chers sur le marché. En outre, les scientifiques ont également constaté une diminution de la taille des poissons. Un phénomène qui serait, selon eux, également causé par la pêche intensive exerçant une pression constante sur les stocks de poissons.

D’après un rapport établi par la New Economics Foundation, la morue est l’espèce la plus touchée par la surpêche. Sa population aurait perdu chaque année 970.000 tonnes que le volume qui pourrait être pêché si les stocks étaient correctement gérés. De leur côté, l’églefin aurait perdu 378.000 t/an, le hareng 854.000 t/an et le merlan 834.000 t/an. Le laboratoire d’idées explique dans son rapport "Jobs lost at seaque" qu’appliquer un plan de restauration des stocks de 43 espèces de poissons à leur "taux maximal d’exploitation durable" permettrait d’augmenter de 3,5 millions de tonnes le volume de poissons sur le marché.

Selon ces spécialistes, 3,2 milliards d’euros pourraient ainsi être économisés en Europe et 1,8 milliard d’euros iraient directement dans les caisses des 27 Etats membres de l’UE, soit trois fois le montant total des aides européennes, d’après le Journal de l’Environnement. De plus, 100.000 emplois pourraient voir le jour.

Au vu de ces conclusions, ils’agit selon le rapport, d’instaurer au plus vite une réduction des captures régie par une régulation stricte des prises. Les pêcheurs pourraient ainsi sur le long terme pêcher plus en faisant moins d’efforts, tout en protégeant les stocks contre la surexploitation et en préservant la biodiversité marine.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP