17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas
Accueil > Actualités de la mer > La surpêche coûterait des milliards d’euros et des milliers d’emplois à (...)

La surpêche coûterait des milliards d’euros et des milliers d’emplois à l’UE

Dernière mise à jour le mardi 21 février 2012

Article paru sur le site "MaxiSciences" - Dimanche 19 Février 2012
Visualiser l’article original



La surpêche coûterait des milliards d’euros et des milliers d’emplois à l’UE

La surpêche coûterait cher à l’Europe mais elle provoquerait également la perte de plus de 100.000 emplois chaque année, dont 83.000 dans les 27 Etats membres de l’Union européenne, d’après un think tank britannique, la New Economics Foundation.

Depuis l’explosion démographique et l’augmentation des besoins alimentaires, les stocks marins ont considérablement diminué et sont même quasiment épuisés pour les poissons les plus chers sur le marché. En outre, les scientifiques ont également constaté une diminution de la taille des poissons. Un phénomène qui serait, selon eux, également causé par la pêche intensive exerçant une pression constante sur les stocks de poissons.

D’après un rapport établi par la New Economics Foundation, la morue est l’espèce la plus touchée par la surpêche. Sa population aurait perdu chaque année 970.000 tonnes que le volume qui pourrait être pêché si les stocks étaient correctement gérés. De leur côté, l’églefin aurait perdu 378.000 t/an, le hareng 854.000 t/an et le merlan 834.000 t/an. Le laboratoire d’idées explique dans son rapport "Jobs lost at seaque" qu’appliquer un plan de restauration des stocks de 43 espèces de poissons à leur "taux maximal d’exploitation durable" permettrait d’augmenter de 3,5 millions de tonnes le volume de poissons sur le marché.

Selon ces spécialistes, 3,2 milliards d’euros pourraient ainsi être économisés en Europe et 1,8 milliard d’euros iraient directement dans les caisses des 27 Etats membres de l’UE, soit trois fois le montant total des aides européennes, d’après le Journal de l’Environnement. De plus, 100.000 emplois pourraient voir le jour.

Au vu de ces conclusions, ils’agit selon le rapport, d’instaurer au plus vite une réduction des captures régie par une régulation stricte des prises. Les pêcheurs pourraient ainsi sur le long terme pêcher plus en faisant moins d’efforts, tout en protégeant les stocks contre la surexploitation et en préservant la biodiversité marine.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP