19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > La surpêche coûterait des milliards d’euros et des milliers d’emplois à (...)

La surpêche coûterait des milliards d’euros et des milliers d’emplois à l’UE

Dernière mise à jour le mardi 21 février 2012

Article paru sur le site "MaxiSciences" - Dimanche 19 Février 2012
Visualiser l’article original



La surpêche coûterait des milliards d’euros et des milliers d’emplois à l’UE

La surpêche coûterait cher à l’Europe mais elle provoquerait également la perte de plus de 100.000 emplois chaque année, dont 83.000 dans les 27 Etats membres de l’Union européenne, d’après un think tank britannique, la New Economics Foundation.

Depuis l’explosion démographique et l’augmentation des besoins alimentaires, les stocks marins ont considérablement diminué et sont même quasiment épuisés pour les poissons les plus chers sur le marché. En outre, les scientifiques ont également constaté une diminution de la taille des poissons. Un phénomène qui serait, selon eux, également causé par la pêche intensive exerçant une pression constante sur les stocks de poissons.

D’après un rapport établi par la New Economics Foundation, la morue est l’espèce la plus touchée par la surpêche. Sa population aurait perdu chaque année 970.000 tonnes que le volume qui pourrait être pêché si les stocks étaient correctement gérés. De leur côté, l’églefin aurait perdu 378.000 t/an, le hareng 854.000 t/an et le merlan 834.000 t/an. Le laboratoire d’idées explique dans son rapport "Jobs lost at seaque" qu’appliquer un plan de restauration des stocks de 43 espèces de poissons à leur "taux maximal d’exploitation durable" permettrait d’augmenter de 3,5 millions de tonnes le volume de poissons sur le marché.

Selon ces spécialistes, 3,2 milliards d’euros pourraient ainsi être économisés en Europe et 1,8 milliard d’euros iraient directement dans les caisses des 27 Etats membres de l’UE, soit trois fois le montant total des aides européennes, d’après le Journal de l’Environnement. De plus, 100.000 emplois pourraient voir le jour.

Au vu de ces conclusions, ils’agit selon le rapport, d’instaurer au plus vite une réduction des captures régie par une régulation stricte des prises. Les pêcheurs pourraient ainsi sur le long terme pêcher plus en faisant moins d’efforts, tout en protégeant les stocks contre la surexploitation et en préservant la biodiversité marine.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP