15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous
Accueil > Actualités de la mer > La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles

La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles

Dernière mise à jour le vendredi 20 avril 2018

Article paru sur le site "Le Figaro :"
- 18 Avril 2018
Visualiser l’article original


ENQUÊTE - Classés en danger d’extinction, les alevins d’anguille, appelés civelles, sont très recherchés par les Asiatiques, prêts à les payer une fortune. De quoi inspirer des braconniers de plus en plus organisés et violents en France. Face à eux, police de l’environnement et gendarmes allient leurs forces pour tenter de mettre fin au trafic.

Dans la nuit humide et sans lune, au bord de la Charente, l’eau file, froide, rapide. Un petit goulot laisse une échappatoire sur le côté des vannes que l’on ferme pour endiguer l’afflux de la marée montante à l’embouchure des rivières. Des feuilles dévalent dans le cours d’eau par l’étroit passage dans une course effrénée avec toute sorte de petits débris. Il doit aussi y avoir des civelles. C’est en tout cas un des « spots » parmi la dizaine autour de Rochefort (Charente-Maritime), régulièrement fréquentés par les braconniers qui recherchent frénétiquement les petits alevins d’anguille. Une marchandise qui aujourd’hui vaut de l’or, de 300 à 500 euros le kilo pour le pêcheur.

Rien n’arrête donc ces écumeurs de rivière dans leur volonté d’obtenir ces petits poissons de quelques centimètres, frétillants et translucides. Peu leur importe que cette espèce dont les populations se sont effondrées ces dernières années soit classée en « danger critique d’extinction » par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Les Asiatiques en réclament et, pour en obtenir, sont prêts à payer très cher : de 3000 à 6000 euros pour le dernier intermédiaire.

 » LIRE AUSSI - Braconnage et trafics mettent en danger les espèces protégées
Les bébés anguilles, appelés civelles ou piballes dans le Sud-Ouest, sont très prisés par les Asiatiques.

Portées durant plusieurs mois par le Gulf Stream, les larves d’Anguilla anguilla, en provenance de la mer des Sargasses (Atlantique Nord-Ouest), se transforment en alevins aux ...

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP