22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon25 octobre : Pêche. Répondre aux défis de demain à Itechmer 23 octobre : Halles à marée. Comment internet valorise le poisson 21 octobre : ArticleLorient. Le saint-pierre marocain débarque à Keroman !20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest
Accueil > Actualités de la mer > La vie par -1 700 mètres : une première mondiale à Océanopolis

La vie par -1 700 mètres : une première mondiale à Océanopolis

Dernière mise à jour le jeudi 15 mars 2012

Article paru sur le site "Ouest-France" - Mercredi 14 Mars 2012
Visualiser l’article original



La vie par -1 700 mètres : une première mondiale à Océanopolis

Un crabe pâlichon et une crevette. Segonzacia mesatlantica et Mirocaris fortunata sont les deux trésors d’Océanopolis. Le parc de découverte des océans à Brest réalisera à partir du 7 avril une grande première mondiale : présenter au public des espèces vivant dans les grands fonds des océans.

Pour pêcher ces deux-là, il a fallu déployer une logistique incroyable, en partenariat avec l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) : Le Pourquoi Pas ? plus grand navire océanographique d’Ifremer, son robot sous-marin Victor 6000, les laboratoires flottants, le convoi spécial vers Brest…

Milieu toxique
Ces individus vivaient à proximité d’une source hydrothermale, au sud des Açores. Un univers hostile, par 1 700 mètres de fonds, plongé dans l’obscurité totale. Un monde a priori toxique même. Car les sources hydrothermales, découvertes dans les années 1970 seulement, sont des petits volcans répartis sur la dorsale Atlantique, qui crachent un jus à plus de 300 °C, chargé de métaux lourds, de soufre et d’éléments radioactifs !

Le défi technologique du laboratoire Adaptation aux milieux extrêmes de l’université Pierre et Marie Curie (Paris VI) était de mettre au point un caisson pressurisé où le public pourra admirer les bestioles. Les deux « aquariums » ressemblent plus à des coffres-forts : 600 kg d’acier inox, 16 litres de contenance, un hublot de 8 cm d’épaisseur, capable de résister au poids de trois Airbus A320, une pompe ultra-puissante pour conserver une pression de 170 bars (170 fois l’atmosphère ambiante !).

Pas mal de pertes
Le métabolisme des animaux vivant sous pression sera ainsi mieux respecté (la proximité des substances toxiques et de la radioactivité en moins !). Avec l’espoir qu’ils durent et pourquoi pas, se reproduisent.

Toutefois, les chutes de pression lors de la pêche puis lors des nettoyages d’aquarium sont pour l’instant inévitables. Les conservateurs ont aussi un peu tâtonné pour mettre au point une nourriture peu salissante, à base de farine de poisson, qui s’introduit par un sas, sans rupture de pression. Ajoutez à cela le stress d’un long transport. Seulement trois crabes ont survécu sur la vingtaine sortie de l’eau en juillet dernier. Et 45 crevettes sur 600.

De nouveaux prélèvements sont programmés l’été prochain au cours d’une nouvelle expédition scientifique.

Des projets miniers
Mais Océanopolis pense maintenant avoir stabilisé la situation. Le savoir-faire de cette équipe Océanopolis-Ifremer-Université Pierre et Marie Curie pourrait maintenant être convoité par les aquariums du monde entier. Car présenter ces animaux inconnus, c’est aussi sensibiliser l’opinion aux menaces qui planent sur les sources hydrothermales, ces oasis de vie encore peu protégées : pêche par grands fonds et exploitation minière en devenir autour de ces volcans qui crachent aussi fer, cuivre, zinc ou argent..



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP