12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > La vie par -1 700 mètres : une première mondiale à Océanopolis

La vie par -1 700 mètres : une première mondiale à Océanopolis

Dernière mise à jour le jeudi 15 mars 2012

Article paru sur le site "Ouest-France" - Mercredi 14 Mars 2012
Visualiser l’article original



La vie par -1 700 mètres : une première mondiale à Océanopolis

Un crabe pâlichon et une crevette. Segonzacia mesatlantica et Mirocaris fortunata sont les deux trésors d’Océanopolis. Le parc de découverte des océans à Brest réalisera à partir du 7 avril une grande première mondiale : présenter au public des espèces vivant dans les grands fonds des océans.

Pour pêcher ces deux-là, il a fallu déployer une logistique incroyable, en partenariat avec l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) : Le Pourquoi Pas ? plus grand navire océanographique d’Ifremer, son robot sous-marin Victor 6000, les laboratoires flottants, le convoi spécial vers Brest…

Milieu toxique
Ces individus vivaient à proximité d’une source hydrothermale, au sud des Açores. Un univers hostile, par 1 700 mètres de fonds, plongé dans l’obscurité totale. Un monde a priori toxique même. Car les sources hydrothermales, découvertes dans les années 1970 seulement, sont des petits volcans répartis sur la dorsale Atlantique, qui crachent un jus à plus de 300 °C, chargé de métaux lourds, de soufre et d’éléments radioactifs !

Le défi technologique du laboratoire Adaptation aux milieux extrêmes de l’université Pierre et Marie Curie (Paris VI) était de mettre au point un caisson pressurisé où le public pourra admirer les bestioles. Les deux « aquariums » ressemblent plus à des coffres-forts : 600 kg d’acier inox, 16 litres de contenance, un hublot de 8 cm d’épaisseur, capable de résister au poids de trois Airbus A320, une pompe ultra-puissante pour conserver une pression de 170 bars (170 fois l’atmosphère ambiante !).

Pas mal de pertes
Le métabolisme des animaux vivant sous pression sera ainsi mieux respecté (la proximité des substances toxiques et de la radioactivité en moins !). Avec l’espoir qu’ils durent et pourquoi pas, se reproduisent.

Toutefois, les chutes de pression lors de la pêche puis lors des nettoyages d’aquarium sont pour l’instant inévitables. Les conservateurs ont aussi un peu tâtonné pour mettre au point une nourriture peu salissante, à base de farine de poisson, qui s’introduit par un sas, sans rupture de pression. Ajoutez à cela le stress d’un long transport. Seulement trois crabes ont survécu sur la vingtaine sortie de l’eau en juillet dernier. Et 45 crevettes sur 600.

De nouveaux prélèvements sont programmés l’été prochain au cours d’une nouvelle expédition scientifique.

Des projets miniers
Mais Océanopolis pense maintenant avoir stabilisé la situation. Le savoir-faire de cette équipe Océanopolis-Ifremer-Université Pierre et Marie Curie pourrait maintenant être convoité par les aquariums du monde entier. Car présenter ces animaux inconnus, c’est aussi sensibiliser l’opinion aux menaces qui planent sur les sources hydrothermales, ces oasis de vie encore peu protégées : pêche par grands fonds et exploitation minière en devenir autour de ces volcans qui crachent aussi fer, cuivre, zinc ou argent..



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP