25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > La vie quatre kilomètres sous l’Océan

La vie quatre kilomètres sous l’Océan

Dernière mise à jour le lundi 3 septembre 2012

Article paru sur le site "Espace des Sciences" - jeudi 30 Août 2012
Visualiser l’article original


À plus de 4000m de profondeur, les abysses, milieux en apparence homogène et recevant peu de nutriments, abritent pourtant des centaines d’espèces au mètre carré. Leurs fonds sont le plus souvent recouverts de vase accueillant des vers et autres animaux enfouis. Mais ce paysage est entrecoupé par des champs de nodules, sortes de cailloux de la taille du poing, posés à la surface des sédiments et formés par la concrétion de minéraux. Afin de préciser les connaissances sur leur biodiversité, une campagne océanographique franco-allemande est partie du 28 mars au 11 mai au milieu du Pacifique Nord-Ouest. « Les champs de nodules sont un habitat en eux-mêmes, où vit une faune fixée qui ne vivrait pas ailleurs dans les abysses », explique Lenaïck Menot, océanographe Ifremer Brest et responsable de la campagne. Problème, leur richesse en métaux (nickel, cuivre, cobalt) est de plus en plus convoitée. Pour comprendre la distribution de la biodiversité à ces profondeurs, et ainsi gérer une éventuelle exploitation, deux zones ont été étudiées, distantes de 1300km. Pour chacune, les scientifiques ont fait des prélèvements dans des bandes avec ou sans nodules. Leurs premières attentes semblent confirmées : il y a plus d’individus plus près des côtes, mais le nombre d’espèces reste constant.
Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP