18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de BrestDécembre 2017 : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »
Accueil > Actualités de la mer > La ville de Concarneau dit « non » à la Thalassa

La ville de Concarneau dit « non » à la Thalassa

Dernière mise à jour le lundi 13 février 2012

Article paru sur le site "Ouest-France" - Vendredi 10 Février 2012
Visualiser l’article original



La ville de Concarneau dit « non » à la Thalassa

Trop gros et trop cher. L’ancien bateau océanographique s’attire les foudres sur le port de Concarneau. Pour le maire et son équipe, le choix est clair : c’est « non ».

« Nous ferons notre possible pour que la Thalassa ne vienne pas à Concarneau. » Pour Xavier Calvarin, adjoint au maire de Concarneau chargé du nautisme, la question de l’arrivée du navire dans le port finistérien ne se pose même pas. « Pour nous, c’est non », insiste-t-il. Une conviction qui fait l’unanimité au sein de l’équipe municipale concarnoise.

La Thalassa patientera encore un peu dans l’avant-port de Lorient puis mettra le cap sur un chantier de démolition, avant l’été. Point final d’une aventure commencée en 1960 : le navire, 67 mètres de long, a mené des recherches océanographiques dans le monde entier pour le compte de l’Ifremer. Désarmé en 1996, il a été reconverti en musée flottant dédié à l’océanologie en 1999.

Chers travaux

À Concarneau, les arguments ne manquent pas contre l’arrivée de la Thalassa. Manque de place dans le port, menace visuelle sur la Ville-Close, prix de l’entretien... « Nous ne sommes pas du tout intéressés par l’idée d’accueillir ce navire, martèle Xavier Calvarin. Dans le port, il n’y a pas la place pour un bateau de cette longueur, sans parler du coût que cette opération coûterait. »

Le prix, c’est là que le bât blesse. Il en coûterait près d’un million d’euros pour le carénage et la remise en état du navire. C’est pour cette même raison que, l’an dernier, l’agglomération Cap l’Orient, propriétaire de la Thalassa, a décidé de se séparer du bateau.

La municipalité de Concarneau n’a pas envie non plus de payer la note. Qu’en sera-t-il de Concarneau Cornouaille Agglomération, qui prendra en charge la gestion du musée de la pêche en juin ? On voit mal la jeune agglo prendre à bras-le-corps le financement d’un tel chantier.

Y croire encore ?

Jean-Marie Béchu, directeur du musée de la pêche de Concarneau, est de ceux qui veulent encore y croire. Conscient que l’arrivée du bateau à Concarneau relève « de l’utopie », le passionné n’a pas pour autant tiré une croix sur le projet. « Ce patrimoine maritime ne mérite-t-il pas mieux que la casse ? », se demande-t-il. Rejoignant en cela l’association d’anciens marins et d’anciens scientifiques créée dans l’espoir de sauver le bateau de la casse.

Veto ou non de la municipalité, Jean-Marie Béchu reste attaché à son idée de créer, pourquoi pas avec la Thalassa, un pôle d’excellence autour de la pêche, qui s’inscrirait dans le cadre de la restructuration du port. « Je ne m’attends pas à ce que le projet suscite l’engouement, reconnaît-il. Mais ce n’est pas parce que la municipalité s’y oppose que faire venir la Thalassa à Concarneau tombe à l’eau. » Gestionnaire du port, le conseil général devra aussi se prononcer.

Julien COQUET



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP