20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Langouste. Le sanctuaire sénan

Langouste. Le sanctuaire sénan

Dernière mise à jour le samedi 9 août 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 08 Août 2014
Visualiser l’article original



Depuis 2007, le parc marin d’Iroise a instauré, dans la Chaussée de Sein, un sanctuaire de 4 hectares pour les langoustes rouges ayant réchappé aux décennies de pêche intensive. Des campagnes d’observation et de marquage s’y succèdent, pour tenter de mieux connaître l’espèce et ses capacités de repeuplement.

Malgré une interdiction de pêcher de janvier à mars, le stock de langoustes rouges, décimées par la pêche intensive, reste très faible en France. D’où l’intérêt, vital pour la ressource, du cantonnement mis en place par le Parc marin dans la chaussée de Sein. Depuis 7 ans, l’expérience est plébiscitée par les pêcheurs.
Mercredi matin, 10 h, port de l’île de Sein. À bord du Startijenn, le semi-rigide du Parc marin d’Iroise, les contours d’un trapèze se matérialisent sur le GPS manipulé par Florent Goulo et Olivier Gallet. La figure géométrique, qui apparaît en surimpression sur environ quatre hectares dans la chaussée de Sein, est familière aux deux hommes. En 2007, la première décision du Parc national, à peine son décret de création signé par Jean-Louis Borloo, fut d’instaurer dans cette zone un cantonnement de langoustes rouges. Ses scientifiques et ceux d’Ifremer, se relaient depuis à son chevet, particulièrement de juin à septembre, pour des campagnes de comptage et d’observation de la reproduction du beau crustacé, décimé par la pêche intensive dans les années 70, 80 et 90. Florent Goulo est plutôt chargé des aspects opérationnels de cette mission. Olivier Gallet est responsable de l’unité Sud du Parc marin. Ce matin-là, sur le quai, Martial Laurans, cadre de recherche à Ifremer, et Livier Schweyer, technicien du Parc marin, les épaulent et achèvent de se partager des lots de « marques-spaguetti ». Elles seront fichées dans la carapace des langoustes pêchées puis remises à l’eau.

« Ne pas renouveler les erreurs du passé »

Tous deux rejoignent le bord du Patience, le petit chalutier de François Spinec, un pêcheur sénan, affrété par le Parc marin. L’homme navigue depuis l’âge de 15 ans et est l’un des plus fins connaisseurs de la chaussée de Sein. À 61 ans, il ne lâche pas son affaire et siège même au comité de gestion du Parc marin. « Tout de suite, j’ai voulu adhérer. Je voyais qu’on allait au casse-pipe ». Il narre les années 60-70, quand il remontait 80 langoustes et autant de homards, dans ses casiers. « Et puis j’ai vu, au nord, les Conquetois s’approcher avec leurs filets. Au sud, les Audiernais sont arrivés à leur tour avec leurs filets. Alors je m’y suis mis. C’est sûr, les premières mortes-eaux étaient fructueuses. J’ai fait parfois 800 kg de langoustes avec 12 km de filets. Ça a duré quelques années

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP