22 février : Mer. La petite pêche s’estime oubliée21 février : L’Hermione. Cap au sud pour un périple francophone 20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > Langouste. Le sanctuaire sénan

Langouste. Le sanctuaire sénan

Dernière mise à jour le samedi 9 août 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 08 Août 2014
Visualiser l’article original



Depuis 2007, le parc marin d’Iroise a instauré, dans la Chaussée de Sein, un sanctuaire de 4 hectares pour les langoustes rouges ayant réchappé aux décennies de pêche intensive. Des campagnes d’observation et de marquage s’y succèdent, pour tenter de mieux connaître l’espèce et ses capacités de repeuplement.

Malgré une interdiction de pêcher de janvier à mars, le stock de langoustes rouges, décimées par la pêche intensive, reste très faible en France. D’où l’intérêt, vital pour la ressource, du cantonnement mis en place par le Parc marin dans la chaussée de Sein. Depuis 7 ans, l’expérience est plébiscitée par les pêcheurs.
Mercredi matin, 10 h, port de l’île de Sein. À bord du Startijenn, le semi-rigide du Parc marin d’Iroise, les contours d’un trapèze se matérialisent sur le GPS manipulé par Florent Goulo et Olivier Gallet. La figure géométrique, qui apparaît en surimpression sur environ quatre hectares dans la chaussée de Sein, est familière aux deux hommes. En 2007, la première décision du Parc national, à peine son décret de création signé par Jean-Louis Borloo, fut d’instaurer dans cette zone un cantonnement de langoustes rouges. Ses scientifiques et ceux d’Ifremer, se relaient depuis à son chevet, particulièrement de juin à septembre, pour des campagnes de comptage et d’observation de la reproduction du beau crustacé, décimé par la pêche intensive dans les années 70, 80 et 90. Florent Goulo est plutôt chargé des aspects opérationnels de cette mission. Olivier Gallet est responsable de l’unité Sud du Parc marin. Ce matin-là, sur le quai, Martial Laurans, cadre de recherche à Ifremer, et Livier Schweyer, technicien du Parc marin, les épaulent et achèvent de se partager des lots de « marques-spaguetti ». Elles seront fichées dans la carapace des langoustes pêchées puis remises à l’eau.

« Ne pas renouveler les erreurs du passé »

Tous deux rejoignent le bord du Patience, le petit chalutier de François Spinec, un pêcheur sénan, affrété par le Parc marin. L’homme navigue depuis l’âge de 15 ans et est l’un des plus fins connaisseurs de la chaussée de Sein. À 61 ans, il ne lâche pas son affaire et siège même au comité de gestion du Parc marin. « Tout de suite, j’ai voulu adhérer. Je voyais qu’on allait au casse-pipe ». Il narre les années 60-70, quand il remontait 80 langoustes et autant de homards, dans ses casiers. « Et puis j’ai vu, au nord, les Conquetois s’approcher avec leurs filets. Au sud, les Audiernais sont arrivés à leur tour avec leurs filets. Alors je m’y suis mis. C’est sûr, les premières mortes-eaux étaient fructueuses. J’ai fait parfois 800 kg de langoustes avec 12 km de filets. Ça a duré quelques années

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP